Créez un perso déjanté, zombie, super-pouvoirs, voyageur temporel, riche hériter... A l'Académie Natsuyasumi vous pouvez être ce que vous voulez! Tentez l'aventure!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'archer céleste androgyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


MessageSujet: L'archer céleste androgyne   Ven 24 Aoû - 21:00




Robin Windrosen

L'héritage de Lucifer coule en mes veines











• Identité

Nom : Robin Windrosen (Le prénom se prononce à l'anglophone, c'est-à-dire "Robin.e" puisque dans la langue américaine, c'est un prénom aussi bien masculin que féminin. Le nom de famille signifie "La rose des vents" en allemand et se prononce "Wind-Rozen".
Âge : Seize années humaines mais des siècles d'existence au sein de son monde natal
Origine/nationalité : Le Paradis au dessus des cieux crétois
Classe/poste : Première année de lycée
Section : Classe diurne
Année d'arrivée : Année I+3
Club : Club du tir à l'arc (Demande à en être le leader si possible)
Singularité : Archer céleste androgyne
Bien qu'il en existe de très rares au sein du monde terrien, Robin est né androgyne, c'est-à-dire que son genre n'est pas visible à l’œil nu. Il est possible d'utiliser aussi bien le masculin comme le féminin à son égard.

Groupe : Monstres
Pensionnaire : Oui


• Physique


Si dans la plupart de légendes, les anges sont décrits comme des êtres blonds aux yeux bleus, Robin en est l'excellent contraire ! Ses courtes mèches couleur de l'incendie le plus vivace volettent au vent  dans un ensemble manquant de discipline. Sa peau bronzée recueille des lèvres fines et délicates toujours étirées en un doux sourire tandis que ses pupilles sont deux merveilles d'eaux violacées dans lesquels se noient volontiers bien des êtres partagés entre l'horreur et la fascination. De taille moyenne, environ 1m75, sa corpulence semble plus taillée pour l'agilité et la vitesse que pour la force brute. Pourtant, ses cinquante petits kilos ne l'empêchent pas de porter aisément son arc et de tirer ses flèches avec mille habiletés.

Sur le plan de la tenue vestimentaire,  Robin détonne de par son look à la fois simple et singulier. Son pantalon foncé cadre parfaitement avec sa chemise noire collant à ses muscles fins  comme pour mieux valoriser son regard pénétrant. Sa veste bleue sombre est ornée de fines chaines et cordes dorées. Au niveau des fermetures, le tissu est blanc tandis que ses emmanchures sont couleur de l'or autour de ses poignets. Un semblant de ceinture entoure sa taille en diagonale en portant de son épaule gauche comme pour les nobles de la Renaissance rangeant leurs épées et autres armes sur leurs hanches. Une fine chaîne d'or répartie sur deux longs filins tombent sur sa hanche gauche avec légèreté. Décidé à désormais assumer son androgynie, Robin s'habille toujours d'habits dits extravagants en dehors du temps scolaire.

En tenue d'archer, l'adolescent se vêtit d'une chemise bleue au long plastron blanc doté de mini-fermoirs sombre tandis que le col remonte dans une douce blancheur. Une cape grise couvre ses épaules et son dos, maintenue par une broche en argent représentant une aile transpercée d'une flèche. Quant à son arc, il est recourbé dans une délicieuse couleur argentée tandis que le bâton où il maintient sa main est teinté de bleu. Deux formes semblables à des ailes l'entourent dans une arme à la fois esthétique et redoutable.

De par son intense activité d'archer, Robin porte des gants de cuir noir pour mieux protéger sa peau des possibles brûlures engendrées par des tirs réguliers. De jolies formes sont cousues au fil doré sur le dessus pour mieux apporter une touche d'esthétisme à une simple protection. Ils peuvent aussi être longs avec deux bracelets argentés greffés au tissu.

• Caractère


Véritable cœur d'or, l'adolescent roux n'hésitera pas à donner sa chemise aux personnes dans le besoin ou à apporter son aide quitte à parfois mettre sa vie en danger. Sa générosité pouvant confiner à de la naïveté, il donne une énorme partie de l'argent qu'il reçoit à des associations ou aux mendiant.e.s qu'il rencontre dans la rue. Bénévole au sein d'une association œuvrant pour aider les femmes et les enfants victimes de violences, il donne de son temps et de sa magie sans jamais perdre son grand sourire éclatant de bonté.
Loyal et protecteur, si vous avez la chance de réussir à conquérir son amitié, ne doutez jamais de sa fidélité à votre égard. Si un sourire permanent flotte sur ses lèvres rosées, il est plus difficile de lui arracher sa confiance, demeurant méfiant.e de par son passé ombrageux. Profondément lié à sa cousine, elle est tout pour lui et la défendra par dessus-tout surtout vis-à-vis des hommes contre lesquels elle souffre de phobie pathologique.

Comme le veut son prénom, il est un excellent archer, capable de viser toutes ses cibles dans une grande maîtrise, son arme se plante droit dans l'obstacle comme s'il était capable de communiquer avec elle.

Danseur de grand talent, son corps gracieux dispose d'une infinie agilité égalant presque celle des plus grands contorsionnistes de ce vaste monde. Apprenant à danser depuis sa plus tendre enfance, il y excelle en autodidacte avec sa cousine, sa seule et unique partenaire privilégiée. Doué d'une immense patience, Robin est un  travailleur acharné et perfectionniste, n'hésitant jamais à passer du temps sur quelque chose avant de réussir à le vaincre.

Créature modeste, il répugne à jouer la musique de la vantardise invétérée et ne prétendra jamais atteindre la perfection, ce genre de discours le ramenant bien trop à son douloureux passé. À contrario, il manque d'estime vis-à-vis de lui-même mais sait être responsable quand il le faut. De par son apparence androgyne, il ne connait que trop bien les remarques acerbes et cruelles à son égard mais bien décidé à s'assumer, il fait s'étouffer de rage les mauvaises langues de par son sourire innocent.

Jeune ange, l'archer est doté d'une immense naïveté et candeur, ayant tendance à croire tout ce qu'on lui dit et à voir le bon en chaque personne rencontrée. Souvent considéré comme trop gentil, sa générosité peut se retourner contre lui au risque de le blesser, quand des gens qu'il a aidé ne le remercient pas ou le dénigrent par exemple.

En fait, son comportement peut changer du tout au tout selon la situation. En compagnie de personnes de confiance et en particulier sa cousine, il est comme un enfant personnification de l'innocence et de la naïveté. Néanmoins s'il doit se servir de ses flèches, il devient un archer sérieux et parfaitement concentré sur sa tâche. Lorsqu'une mission lui est confiée, il fait tout pour la réaliser avec ardeur et s'il prend des cours d'arts martiaux auprès de la plus démoniaque professeure qu'il soit, c'est pour aussi se battre de loin qu'en combat rapproché. De par son talent d'archer, il excelle en attaques plus ou moins lointaines mais refusant de négliger le corps-à-corps, il s'y entraîne farouchement et sans protester en dépit des blessures engendrées par la vive puissance de sa protectrice.


• Histoire et Singularité


Pouvoirs et singularité :


Flèches empathiques animales : Archer au talent exceptionnel, le principal don de Robin se concentre sur ses propres flèches. Pour en bénéficier, il doit préparer un philtre dont la composition est connue de lui seul et où la pointe de ses flèches doit tremper un bref instant pour en activer la magie. D'une immense dextérité, il a appris à attraper ses flèches, en tremper la pointe dans son onguent, bander son arc et à tirer en moins de trois secondes. Son carquois magique lui a été offert par sa marraine céleste, il apparaît et disparaît selon sa convenance et ne se vide jamais.

Une fois trempé dans son philtre, les pointes de ses flèches pénètrent les âmes sans leur procurer aucun mal. Une fois en contact avec la peau, elles se métamorphosent en une sorte de poudre brillante indolore invisible. Capables d'agir sur le métabolisme animal, elles peuvent aussi bien soigner des animaux blessés, à réconforter d'autres ou encore aider une femelle à mettre bas en atténuant les souffrances engendrées. En cas de danger, la faune visée peut voir leur résistance accroître ainsi que leur possibilité de passer à l'attaque et de possiblement retourner le mal contre ceux et celles en voulant à leurs vies.

Ses flèches trempées dans un second philtre et lancées à travers les cieux lui permettent d'appeler à lui les animaux voulant bien le rejoindre et dans un environnement proche géographiquement. Aucune espèce n'est forcée de s'allier avec lui, les mâles et les femelles venant le voir le font par choix et convictions. L'aura du jeune androgyne leur est naturellement attirante mais iels peuvent aussi rester à leur place selon leurs désirs. Ceux et celles qui le rejoignent le font par convictions et envie. La faune choisissant de rester avec lui est loyale et des plus amicales envers l'ange roux et sa cousine.

Farouche protecteur des animaux, Robin arrive à établir avec des liens extraordinaires avec toutes les races et les espèces, y compris les dites mystiques si jamais il en rencontre une. Il en comprend tous les langages et le sien est compréhensible par la faune. S'il est capable de s'attirer l'amour et la loyauté de nombreux animaux, ils et elles ne seront jamais plus puissant.e.s que diverses sorcelleries ou attaques guerrières des plus sanguinaires. Robin peut augmenter leur résistance mais jamais il ne les laissera aller au combat contre leur volonté. Les animaux déjà liés à une âme mauvaise ou ayant une personnalité plus sombre comprendront le pouvoir de l'archer mais n'iront pas forcément vers lui. Iels pourront communiquer avec lui s'iels le désirent mais pas se soustraire à leurs "propriétaires" ou caractères.

En bénéficiant d'une empathie exceptionnelle à l'égard des animaux, capable de comprendre et de vivre leurs souffrances, le jeune adolescent aux yeux violacés en subit souvent de violents revers vis-à-vis de la faune et des êtres humanoïdes. Si les sentiments sont puissants, son propre corps va en ressentir les effets. Il peut voir son dos s'arc-bouter comme s'il allait tomber à la renverse, saigner subitement, s'écrouler par une fièvre violente ou même perdre connaissance.

Même sans la présence de son arc et de ses flèches, l'empathie de Robin est telle qu'il peut ressentir le émotions des gens et des animaux dans un rayon de cinquante mètres à condition que les émotions soient très puissantes comme une rage ou une douleur démesurée. Si tel est le cas, son corps va en subir les travers. Si les ressentis sont dits "normaux", l'androgyne peut juste deviner ce qu'ils ressentent mais s'il en connait et en comprend la cause chez les animaux, il ne peut évidemment la deviner chez les personnes humanoïdes. Il ressentira les émotions de ces personnes avec violence mais à moins de leur parler ou autres, il ne saura pas pourquoi et sa tendre innocence ne lui permet pas de comprendre les ressentis dits trop négatifs. En cas de perte intense d'énergie ou de conscience, un cocon lumineux protecteur entourera instinctivement Robin afin de le protéger d'éventuelles agressions extérieures.

Vol (don naturel) : En tant que jeune ange, Robin possède la capacité de déployer ses ailes dans l'atmosphère pour s'envoler et se déplacer plus rapidement que la moyenne des créatures lambda. Si sur le sol, les vampires et lycans sont extrêmement rapides, les êtres célestes sont les maîtres du ciel avec les dragons volants. Les ailes de Robin sont blanches au reflets roux violacés dans un subtil mélange de teintes à la fois froides et chatoyantes. Néanmoins, encore jeune, l'archer ne peut les étendre et replier à volonté sans en payer le prix. Commençant juste à pousser pour se terminer sur leur future taille adulte, ses ailes lui infligent une souffrance inimaginable à chaque transformation. Le processus est très long et procure une vive douleur aux anges juvéniles. Leurs corps en pleine croissance ne peut supporter une telle dose massive d'énergie si bien qu'il n'est pas rare que la métamorphose finisse par littéralement brûler les muscles et amène de la fièvre. En cas d'urgence, Robin est capable de s'envoler plus vite et d'outrepasser la douleur sur une poussée d'adrénaline mais il ne fera nul doute que son corps le lui fera payer tôt ou tard, il n'a pas encore la maturité physique pour supporter un tel traitement sans broncher.

Langue des signes : De par ses traumatismes, Robin est plongé dans le mutisme tout comme sa cousine. Incapables d'oralité, iels ne communiquent que via la langue des signes céleste qui est ensuite traduite magiquement de manière naturelle. Sans ouvrir les lèvres, une voix enfantine oralisera tous leurs propos signés et le ton suivra comme le ferait une personne non-muette. En revanche, comme les mots célestes ne sont pas connus sur Terre, il n'est pas rare que leurs discours traduits comporte des "erreurs de prononciation" comme un ou une enfant qui apprendrait à parler.

Premier chapitre : Tu porteras son nom, mon fils

En ce 24ème jour de la huitième lune de l'année céleste, deux bébés voient le jour à onze minutes d'écarts au sein d'une famille en liesse. Désormais lié.e.s par le sang, le petit garçon est prénommé Robin, prononcé à l'anglophone, en hommage au célèbre archer anglais tandis que sa cousine porte le nom de Syria, contrée africaine visitée par les heureux parents prononcée à l'anglaise.

Comme le veut la tradition au Paradis, les couples se doivent de choisir une marraine ou un parrain pour leurs enfants. D'un commun accord, et sur les conseils du roi lui-même, le prestigieux rôle est confié à l'ange gardienne Masha. D'une beauté angélique et d'une vive intelligence, la puissante femme accepte tout en se murmurant honorée de la confiance placée en elle.

Quelques mois s'écoulent avant que les nourrissons célestes n'ouvrent les yeux pour la première fois. L'enfant au prénom mixte dévoile de grandes pupilles de merveilles d'eau violacée dans lesquels les regards se noient avec terreur.  La petite fille présente des iris d'un diamant si pur et transparent qu'ils en reflètent le monde autour d'elle et semblent presque aspirer les âmes tombant sur ce cristal naturel. Pareils à des miroirs ou une rivière violette, leurs yeux inspirent les premiers murmures réprobateurs et interrogations superstitieuses.

Si le Seigneur est tout puissant et éternel, jamais personne n'a pu voir de telles prunelles avant leur naissance, parole d'anges de la première génération ! La méfiance monte d'un cran lorsque les premiers cheveux commencent à pousser sur les délicats crânes des bébés. Robin présente des mèches rousses incendiaires alors que sa cousine s'oriente sur une chevelure couleur de la neige la plus pure. Les rumeurs montent en puissance et les tensions grondent en coulisses.

Deuxième chapitre : Tu seras diaboliquement cultivé, mon fils

Leurs premiers pas à peine effectués, leur marraine Masha demande au roi l'autorisation de les éduquer elle-même en les retirant précocement du système scolaire classique. Sa demande est acceptée et les installant une salle de classe privée au sein de sa demeure, Masha accueille ses filleul.e.s cinq journées par semaine dès leur première année de vie humaine acquise. Au contact de leur marraine, les enfants développent leurs capacités intellectuelles de manière extraordinaire.  

Lorsque leurs pairs se rendent à l'école, aux alentours de trois années terriennes, Syria et Robin savent déjà écrire, lire et compter avec une facilité étonnante. Leur vocabulaire s'étend considérablement avec la maitrise orale et écrite d'une dizaine de langues humaines comme l'anglais, l'espagnol, l'allemand, le grec, le mandarin et l'arabe sans jamais perdre le fil de leurs propos et improviser des conversations soutenues. Iels connaissent également le démon, langue que Masha a elle-même apprise au contact d'émissaires démoniaques lors de moments de paix, et le ska, langue commune aux deux peuples pour se comprendre.

Sous l'égide de l'ange gardienne, les petit.e.s se découvrent une passion incommensurable pour le chant et la danse. Leurs voix plus pures que le cristal percent l'atmosphère dans une magnificence infinie alors que leurs frêles corps savent se mouvoir avec mille grâces. Leurs trois ans terriens ne sont pas atteints que les enfants dépassent de loin les capacités intellectuelles dites normales pour leur âge.

Si au départ, les cordes vocales se taisent par respect pour la puissante ange gardienne, les premières ombres de la jalousie commencent à s'immiscer dans les âmes célestes. À leur passage, les chuchotements augmentent avec véhémence, les regards se durcissent et les sourires s'effacent. Les mauvaises langues ne cessent de s’agiter, sifflant avec fureur envie et consternation.

Comment un petit garçon roux aux yeux violets et une fillette toute immaculée peuvent-iels oser surpasser leurs propres enfants, parfaite représentation de la race céleste ! Dans la logique céleste, ce sont leur progéniture dite pure qui doivent posséder  de tels dons et pas des êtres aussi impur.e.s ! Leur douce innocence augmente leur violent désir de leur arracher les yeux et le cœur : impossible que des enfants aussi impurs puissent se prétendre à la perfection de leur race ! Un contact suffit pour que leur impureté détale en un transfert monstrueusement contagieux.  accusations délirantes se cumulent sur le duo. Un coup de vent fait tomber un vase ? Iels ont regardé l'objet avant ! Une terre produit moins de récoltes ? Iles ont inculqué paresse et incompétence à la famille même sans l'avoir jamais croisée ! Un ou enfant tombe ? Iels on possédé son corps l'espace d'un instant. La bêtise et la jalousie s’immiscent dans tous les esprits à la manière d’une contamination de venin.

Troisième chapitre : Tu plongeras dans le mutisme, mon fils

Derrière les murs des maisons se cachent bien des secrets. Depuis des mois et années célestes, la petite Syria assiste, impuissante, aux violentes disputes entre ses parents et elle sanglote en silence, son ours en peluche serré contre elle, en attendant que l'orage passe jusqu'au prochain.

La bombe explose lors d'un repas de famille et dans une dernière tempête flamboyante d'horreurs, le couple se sépare. Hébergée temporairement chez son oncle et sa tante, la petite fille ne prononce plus un mot et dans un mécanisme effrayant, l'ange androgyne suit son mouvement comme solidaire à l'extrême. Les rumeurs et langues de vipères sifflent plus vite que les démarches administratives et lorsque le divorce est officiellement prononcé, il est trop tard.

Les horreurs se déchaînent en un concert de méchancetés des plus vivaces. Il n'est pas étonnant que des anges parfaits se séparent avec une telle enfant impure sous leur toit ! Ses cheveux de neige et ses yeux de diamant transpirent le Diable, elle porte le malheur au creux de sa main ! Même le prétendu hermaphrodite est responsable ! Il ou elle n'aurait jamais dû naître ou alors mourir le jour de sa venue au monde tut en entrainant sa cousine avec lui ! Bientôt, les bruits de couloir attrapent une ampleur démesurée tandis que tout est prétexte à se décharger sur le duo.

Les insultes ne se cachent plus et explosent au grand jour. Les mots culpabilisants frappent leurs âmes de plein fouet Les sifflements de mépris et de fureur résonnent plus fortement dans le monde céleste au passage des deux enfants. Peu à peu, la lueur enfantine de leurs yeux violets et de diamant s’éteint dans une atroce agonie. Si leurs doigts s’agitent toujours pour l’écrit, leurs voix semblent sombrer dans l’oubli comme avalées par le profond désespoir.

Rongées par l’inquiétude, la marraine et la maman du petit garçon finissent par les emmener consulter des spécialistes en psychiatrie infantile sur Terre. Après une batterie d’examens et de séances où  le silence s’est prolongé, le diagnostic tombe sur les proches dévastées.

Ardemment touché par le harcèlement et la séparation, le duo est atteint de mutisme total comme seule réponse à un violent stress post traumatique. Peut-être pourront-iels reparler un jour s'iels réapprennent l'amour et la confiance.ais les médecins restent pessimistes tant les traumatismes sont profonds.

Quatrième chapitre : Tu subiras le mépris, mon fils

Touché.e.s par le mal atroce de leur fille et de leur neveu androgyne, les parents de la petite immaculée tentent bien un réconciliation afin de tenter de leur arracher un son mais devant leur silence et comprenant que les forcer ne fera que braquer davantage leurs traumatismes, leur bonne entente s'envole très rapidement. Aidée par Masha, la famille apprend la langue des signes célestes, rapidement maitrisée par le duo, afin de mieux communiquer avec elleux. Les doigts dansent désormais sous les yeux de la communauté entière pour pallier leur absence d’oralité. Une douce bulle magique les entoure en permanence pour s’ériger en traductrice des dessins étranges que leurs phalanges tracent à une vitesse ahurissante.

S'iels ne peuvent plus chanter ou parfaire leur oralité, leurs capacités intellectuelles ne bougent pas d'un iota et leur marraine adapte désormais ses ours à leur nouveau langage à l'immense rage des autres êtres angéliques. Des flammes brûlantes de mépris et de haine s’allument dans les regards des adultes et des enfants du monde céleste. Les insultes pleuvent de plus belle, les coups viennent s’ajouter à ce jeu délirant du dédain et de la jalousie.

Les accusations fantasques s’accumulent de plus belle sur les enfants et il n’est pas rare que le roi reçoive des courriers anonymes demandant leur mise à mort simple et immédiate. Le plus infime pas des enfants est vu comme une offense, analysé dans les moindres recoins pour leur trouver le moindre reproche inexistant. Leurs cinq années humaines ne sont pas encore atteintes que leurs corps et leurs esprits sont marqués à jamais.

Cinquième chapitre : Tu pleureras pour elle, mon fils

Au fil des mois, seuls les parents de l'ange androgyne et la marraine Masha osent encore défendre publiquement le duo toujours accusé du pire comme du banal. Les divorcé.e.s se fondent dans la discrétion sans jamais oser intervenir et se remettre en question. Peu après leurs six années humaines, le comportement de la petite Syria semble plonger son oncle, sa tante et l'ange gardienne dans l'inquiétude. Nerveuse, sursautant au moindre pas, des troubles du sommeil commencent à se peindre sur son corps, aucune confession ne daigne pourtant s'échapper d'elle. Même ses dessins d'enfants paraissent assombris comme menacés par une gigantesque ombre  sans visage.

Un soir de leur dixième année terrienne, le téléphone retentit au sein de la demeure de Robin et dans la même seconde, de chaudes larmes coulent de manière incompréhensible sur ses joues avant que sa mère ne pousse un hurlement d'horreur. La famille se précipite à la clinique où les attend la maman de Syria et l'ange gardienne Masha. Sanglotante et hoquetante, la mère explique avoir trouvé sa fille inconsciente dans la salle de bains, le poignet en sang et une lame argentée souillée par l'hémoglobine à ses côtés alors que des mots ensanglantés s'inscrivaient sur le miroir en un message explicite "Tu m'as trahie".

Ne communiquant que très peu avec sa fille, la maman céleste a préféré la laisser entre les griffes du harcèlement et de la destruction de peur que l'horreur ne se retourne contre elle. Elle a bien vu le comportement changeant de son enfant et ses terreurs nocturnes lors de son retours des séjours chez son père. Elle aurait voulu qu’elle lui parle de cette ombre menaçante dans sa chambre, de ces mains souillant son corps frêle et de cet intrus lui déchirant le bas-ventre. Le courage lui serait revenu au galop si elle avait imploré son aide mais sans jamais elle-même lui demander.

Les visages deviennent couleur de craie alors que les aveux tombent dans une peinture de lâcheté incommensurable. Serrant les poings, le jeune Robin laisse les larmes brûlantes lui ravager les joues alors que l’horreur dévaste ses pensées à jamais. Sa tante savait que son ex-époux abusait de leur enfant et terriblement apeurée par ce dernier, elle n'a rien fait pour la protéger. Les confessions tombent les unes à la suite des autres dans des sanglots déchirants. Homme violent ne privé, le père de l'enfant a maltraité sa compagne physiquement et psychologiquement tout au long de leur relation en la maintenant sous son emprise.

Lorsqu'elle arrive enfin à s'échapper, elle aurait voulu emmener leur fille avec elle mais en dépits des traces de coups et des preuves évidentes de son intimité malmenée, la justice céleste a accordé un droit de garde au père, toujours prévenante à l'égard des hommes et niant toutes formes de violences. Terrifiée par cet homme, elle est incapable de montrer tout son amour pour son enfant et lâche aujourd'hui des sanglots désespérés alors que sa fille oscille entre la vie et la mort et hoquète qu'elle fera tout pour obtenir son pardon si jamais la mort ne vient pas l'effleurer de ses bras froids.

Après un temps interminable, un médecin vient enfin leur annoncer que si elle a perdu beaucoup de sang, la petite fille a survécu à sa tentative de suicide. Robin se souviendra toute sa vie de cette chambre glaciale, de ces filins reliés à ses bras couverts d'hématomes et de celui accroché à son nez pour lui souffler une aide respiratoire difficilement atteinte. Il n'oubliera jamais son corps affreusement maigre que révèle sa tunique d'hôpital ample et sera éternellement hanté par les bleus se dessinant partout sur ses bras, ses jambes, son dos et son ventre. Les mots du professionnel de santé résonnent en un diagnostic atroce : de multiples petites fractures plus ou moins réparées déchirent son corps et il est miraculeux quelle ait pu tenir sur ses jambes en dépit des vives douleurs devant l'assaillir à chaque instant.

Une légère grimace nait sur les lèvres de Robin à ces derniers mots et les yeux perçant de sa marraine l'attrape en flagrant délit avant qu'elle ne demande soudainement un examen complet de l'ange androgyne. En dépit de ses protestations en langue des signes, divers examens lui sont pratiqués et le résultat est sans appel : le même mal que sa cousine dévore son existence et son corps porte tous les stigmates de coup violents répétés du harcèlement.

Sixième chapitre : Tu forgeras ton destin, mon fils

À l'annonce de l'arrestation du père soupçonné d'inceste et de violence conjugale, les langues venimeuses s'acharnent de plus belle. La haine s'étend en un gouffre incommensurable débordant d'immondices en tout genre. La mère et la fille sont accusées de ne pas avoir obéi au père, de l'avoir provoqué et d'avoir cherché les prétendu viols et coups.

Attrapant enfin de bon sens, la justice céleste confie la jeune Syria aux bons soins de sa tante et de son oncle mais sa convalescence n'est pas de tout repos. En dehors de Robin, l'adolescente développe une phobie effroyable à l'égard des hommes et aucun ne peut l'approcher sans risquer une crise d'angoisse et de panique des plus impressionnantes. Nausées, tremblements,  respiration douloureuse, sanglots et attaques cardiaques malmènent sa vie déjà cauchemardesque à la moindre proximité masculine y compris celle de son oncle adoré, terriblement affecté par le sort de sa nièce qu'il aime comme sa propre fille sans aucun mensonge incestueux.

Les rares sorties se métamorphosent en terrain de jeux pour les harceleurs et harceleuses en dépit de la défense ardue du couple à l'égard des deux enfants. Un soir, alors qu'iels échappent de peu à une attaque visant à leur arracher leurs yeux transparents et violets, Robin confie sa cousine à ses parents avant de filer voir sa marraine, le corps tremblant d'incompréhension face à ce tsunami de haine. Ses doigts signent son ardent désir de ne plus subir le mépris gratuit de la communauté céleste et de protéger sa cousine aimée par dessus-tout.

Le regard bleu océan de l'ange gardienne s'allume d'une douce lueur de tristesse avant qu'elle ne hoche la tête avec compréhension. Se levant lentement, elle se dirige vers un coffre de bois posé dans un coin de son salon. L'ouvrant délicatement sous le regard interrogateur de l'enfant roux, elle en sort un objet tout en finesse et en longueur accompagné d'une cape en soie couleur argent sans oublier un tas bien plié de divers tissu.
Déposant avec délicatesse le tout sur les genoux du préadolescent, celui-ci peut enfin examiner le contenu. Ses grands yeux violets s'écarquillent devant la beauté de la découverte. Un sublime arc et son carquois reposent en ses doigts fins tel un trésor inestimable. La branche supérieure et l'inférieure sont recourbées en une teinte argentée tandis que le corps représente deux ailes immaculées entourant un grip, l'endroit où un archer ou une archère tient son arme, bleuté. Noir avec une ligne de carreaux blancs sur le bas, le carquois contient déjà une quinzaine de flèches finement taillées.

Une longue chemise bleue au plastron blanc retenu par trois niveaux de fermoirs sombres est accompagné d'un robuste ceinture tandis qu'une délicate cape grise  tombe légèrement sur ses épaules. Une broche d'argent est taillée avec mille talents dans un dessin d'une aile traversée par une flèche. Des gants noirs aux attaches cendrés complètent la tenue.
Les prunelles mauves de l'enfant ne peuvent se détacher de l'ensemble, comme hypnotisées et ses doigts n'osent plus danser, bloqués dans la stupeur de leur maître roux. Perdu dans sa rêverie, il ne reprend contenance que lorsque la douce voix de Masha résonne doucement au sein du salon dans un murmure apaisant.

- Si je vous ai appris beaucoup à toi et Syria, je ne vous ai jamais parlé de ceci...Au sein de notre monde, il existe une légende...On dit que cet arc aurait été forgé par Lucifer lui-même, le premier déchu...Le jour de sa déchéance, il avait cet arc et avant de chuter dans les abîmes, il a juré que seul un cœur pur pourrait être son propriétaire pour trouver des alliés et alliées fidèles parmi la faune.

Les prunelles prune brillent de surprise et les délicats sourcils se haussent en un dessin d'étonnement incrédule. Comme tous son peuple, le mythe de l'ange le plus parfait de la Création, le bel Lucifer déchu en Satan, lui a été conté maintes et maintes fois. En revanche, son esprit ne rappelle pas à sa mémoire le point d'un arc lui ayant appartenu. Sans se laisser décontenancée par le silence perplexe de Robin, l'ange gardienne continue son récit mystique.

- Bien sûr, Lucifer était connu pour son grand sens de la justice si bien que les autorités ont pris cette prophétie au sérieux. Pendant des années, l'arc est resté enfermé au palais royal...Nombreuses sont les âmes à avoir tenté de s'en emparer. Penses-tu qu'une arme prétendument forgée par le premier ange déchu attirait les convoitises...Mais les pilleurs sont morts ou ont sombré dans la folie...Les rares survivants ont parlé d'une lueur violette émanant de l'arc avant de se diriger vers eux... Au fil du temps, tout le monde a fini par oublier cette histoire...Les générations se succèdent et aujourd'hui, personne ne pourrait te dire si tout ceci a réellement existé. Pour ma part, je pense que l'arc est si vieux qu'on en a oublié son origine, Lucifer a pu la forger comme elle a pu servir de réceptacle à l'origine de cette arme. Le jour de ta naissance, l'arc mis sous verre au palais a brillé comme pour te reconnaître...Notre peuple connait les légendaires pouvoirs de Lucifer, il a dû laisser derrière lui de nombreuses traces de son passage, peut-être que d'autres anges bénéficieront un jour d'une partie infime de sa magie mais aujourd'hui, tu hérites de son arc animal... C'est à toi d'en découvrir les secrets...

La douce voix s'éteint alors que le regard prune s'agrandit de plus belle. La respiration se coupe alors que le diable entraîne son cœur à manquer de franchir sa poitrine à chaque battement provoqué par les notes de son rythme infernal.

Comme indépendante de sa volonté, l'une de ses mains attrape le grip violet et une sensation de bien-être illumine aussitôt son âme. Une douce lueur dorée vient baigner autour de son corps tandis que ses doigts agrippent fermement l'arme. Une vive lumière éclate dans le salon et lorsque l'adolescent peut rouvrir les yeux, la tenue d'archer a disparu de ses genoux pour se greffer à même son corps, ses propres vêtements jetés au sol dans une négligence presque effrayante. Le regard incrédule, il est comme un enfant apeuré au milieu de la foule. Comme pour espérer lui offrir du réconfort, sa marraine ne cesse jamais de lui offrir son doux sourire sans jamais perdre le tendre éclat triste de ses iris, comme partagée à l'idée que l'enfant qu'elle a partiellement élevé grandisse.

- Sais-tu que c'est moi qui ai suggéré ton prénom à tes parents ? J'ai tout de suite compris que tu serais le justicier dont la légende parlait...Le roi a pu le constater en personne et depuis je gardais l'arc chez moi en prévision de ce jour..Tes flèches auront des vertus incroyables dont tu devras découvrir le secret...Sois un archer du cœur, Robin...

L'esprit en vrac et le cœur au bord des lèvres, le jeune ange se lève pour quitter la maison tel un automate, le regard dans le vide. Ses pas résonnent à peine sur la plaine verdoyante et pour la première fois de son existence, les yeux hostiles se baissent à son passage. Quelques âmes tentent bien de l'approcher mais elles sont vivement stoppées dans leur élan comme impressionnées par la nouvel stature de l'adolescent. Une aura enflammée de volonté brûle les esprits habituellement audacieux des troupes harceleuses.

Robin, élu de la prophétie de Lucifer est né...

Septième chapitre : Tu rencontreras l'Enfer, mon fils

Depuis ce jour, l'androgyne n'a de cesse de rechercher des informations sur la prophétie sur tous ses temps libres. Hélas, sans doute considérées comme trop dangereuses, seules quelques informations partielles et inutiles sont délivrées jusqu'au jour où une idée folle germe en son esprit. Qui, au sein du peuple céleste, pourrait détenir des livres aussi controversés que ceux conservant la légende éclatante de l'ange parfait ? Le roi lui-même... Mais comment pénétrer dans le palais et arriver à lire de tels manuscrits sans risquer la déchéance ou la mort ?

Alors que ses pensées cherchent encore des réponses, le harcèlement ne prend jamais un souffle de repos autour du duo. Crachats, mépris, insultes, coups et attaques sonnent le glas de leur lot quotidien et c'est sous les quolibets qu'iels se rendent au procès du père de la petite immaculée. Tout y est fait pour enfoncer l'enfant et atténuer les responsabilités du père mais face à la brillante élocution de Masha et la peur céleste de perdre une puissante magicienne, le jury consent à condamner lourdement l'accusé. Le peuple hurle de rage et le harcèlement reprend de l'ampleur sur les enfants.

Après une seconde tentative de suicide de sa filleule et devant les permanentes menaces de meurtres, Masha presse le roi d'accepter d'engager Robin à son palais comme page et écuyer. Quoique sa couardise lui interdise de soutenir publiquement l'androgyne, le souverain accepte de peur que sa meilleure magicienne ne lui lâche sa loyauté. Alors que sa cousine séjourne dans la clinique la plus proche du palais sous haute surveillance de leur marraine et de ses parents, Robin apprend à devenir un serviteur digne de la confiance royale. Si son physique atypique fait grincer des dents lors de son arrivée, son excellent travail calme peu à peu les mœurs des domestiques.

Profitant de sa discrétion, en dépit de ses cheveux couleur incendie, la jeune créature céleste se faufile toutes les nuits à travers une mince faille du mur non réparée menant droit à la bibliothèque royale. Durant des heures, ses yeux violets déchiffrent les runes célestes, démoniaques et en ska tout en songeant ironiquement que sans l'enseignement privilégié de sa marraine, jamais ses connaissances n'auraient pu permettre tel exploit.

Dissimulant ses possibles cernes sous une légère poudre destinée à prévenir les callosités sur ses mains archères, Robin s'occupe des cheveux et dragons royaux le jour et n'attrape que quelques courtes heures par nuit pour sommeiller.  Un après-midi, un serviteur vient le voir avec affolement pour lui demander de préparer la monture du roi ainsi que la sienne au grand étonnement de l'androgyne. Depuis quand t-il autorisé à suivre son dirigeant lors de sorties ?
Les cheveux au galop s'arrêtent  instinctivement devant l'immense bâtiment aux murs blancs d'où suinte un silence si gigantesque que de la sueur perle sur le front du souverain.  La peur serre tous les cœurs comme une vague noire aspirant toute idée de joie et plombant les âmes. Les doigts bleuissent sur les rênes alors que les poumons crachotent de l'air avec mille difficultés. Lorsque ses yeux violacés se posent sur le ciel, Robin saisit avec effroi le sens d'une telle nervosité.

Sur l'infini toile d'un bleu éclatant, le dessin aux traits parfaits d'une rose noire se dessine. Le symbole maudit...Celui que tous et toutes les enfants célestes apprennent à reconnaître avant même d'effectuer leurs premiers pas, celui inspirant mille frissons de craintes tout en chantant le respect de sa puissance.

La fille du Malin, l'héritière de Satan, la Rose Noire des Enfers, l'enfante du Diable, la Reine démoniaque, la perfection meurtrière, bien des surnoms et des titres pour la définir sans jamais que son prénom n'ose franchir la barrière des lèvres apeurées.

Aussi belle que puissante, le sang a coulé entre ses doigts experts de guerrière infernale. Magie et arts martiaux s'entremêlent en ses combats dont aucune défaite n'a été recensée au fil des millénaires. Bien que considéré comme étant au dessus de tout son peuple, même le roi céleste ne peut affirmer sa fierté devant elle. Les larges cicatrices sur son corps noueux témoignent de son impossibilité à lui souffler une victoire. Lui-même ignore si elle lui a laissé la vie sauve pour ne pas encore avoir réussi à écorcher mortellement tout son être ou par pure volonté de l'humilier en inscrivant sur sa peau les signes de sa faiblesse.

Face à une telle menace, le souverain n'ose envoyer aucun de ses sujets armés ou non à l'assaut du bâtiment. Tous les anges cloisonné.e.s à l'intérieur sont ses otages et il n'ignore pas que ses griffes démoniaques auront raison de leurs vies en à peine quelques secondes s'il a le culot d'intervenir. Tourmenté pour sa cousine, l'androgyne n'hésite pas une seconde.
Escaladant avec hardiesse le rebord d'une fenêtre ouverte d'un étage, la corpulence agile lui permet de sauter dans une chambre sans le moindre mal. Sa tenue d'archer se greffe à sa peau en un instant alors que l'arc céleste tient solidement entre ses mains. Il ignore son utilité mais l'arme sonne comme rassurante entre ses doigts alors que son dos se couvre de son carquois rempli. Ses pas déambulent dans les couloirs alors que les corps vivants sont glissés contre les murs comme pour espérer s'y enfoncer à jamais, leurs ongles griffant le papier peint dans un désespoir absolu. Sur son chemin, la terreur psalmodie les sons des surnoms infernaux s'échappant des visages blêmes.

Lui-même doute de ses intentions réelles alors que ses pieds semblent savoir où le mener, son esprit pleurant de douleur pour sa cousine prisonnière de ces murs et avance comme irrésistiblement attiré par cette force incommensurable. La puissance infiniment démoniaque côtoie l'aura argentée de sa marraine alors que la voix aussi suave que le chant des oiseaux infernaux siffle un amusement face à la féroce volonté de la femme céleste.

- Essaye de me vaincre,  ange gardienne !

Un semblant de séisme secoue violemment l'hôpital alors que les deux corps bondissent l'un sur l'autre avec une grâce foudroyante. L'explosion des puissances diamétralement opposées repousse l'adolescent roux contre le mur de plâtre lui arrachant une plainte sourde. Son rythme cardiaque s'accélère en une torture inavouable manquant de lui arracher la poitrine à chaque battement. Inspirations et expirations enflamment ses petits poumons tandis que les vagues de puissances monstrueuses le repoussent vivement contre son dossier improvisé. Son crâne est comme vrillé sous le tsunami de leurs auras lui prodiguant un mal inimaginable qu'il hurle silencieusement, ses lèvres ouvertes dans le mutisme du désespoir.

Les bras tremblants, ses doigts se serrent sur son arc alors que ses muscles frêles réclament grâce et indulgence. Un sanglot meurt au coin de ses yeux prunes alors que le flou de sa vision semble dessiner une fine silhouette à l'entrée de la chambre. Ses phalanges relâchent la corde tendue et la flèche part dans un doux sifflement alors que son corps sombre dans l'inconscience.

Un gémissement silencieux au bord des lèvres et son crâne le lacérant avec mille violences, l'enfant reprend sa place au sein du monde éveillé. L'aura monstrueuse se glisse sur son estomac invisible à la manière d'un coup de poing alors que sa vue dessine la perfection.

Le corps plus gracieux qu'il n'oserait jamais en rêver, ses jambes fines sont exemptes de tout défauts alors que la poitrine généreuse se peint en un discret décolleté. Une robe d'un violet très clair couvre sa silhouette symbole de perfection. De longs cheveux bleu noir de nuit encadrent le visage aux traits sublimes où aucune imperfection n'ose exister. Les lèvres délicatement rosées que bien des êtres rêvent de ne serait ce que frôler s'étirent en un doucereux sourire tandis que les yeux d'un doux violet engloutissent le garçon à l'y noyer.

Subjugué et incapable de détacher son regard du sien aussi démoniaque soit-il, le garçon androgyne entrouvre ses lippes en une fascination silencieuse. Comme ensorcelé par ses prunelles d'une merveille d'eau violacée presque similaires aux siennes, il attrape machinalement la flèche qu'elle lui tend dans un rictus moqueur. Un long frisson traverse son corps alors que les doigts fins effleurent ses mèches ardentes et que les lèvres si envoûtantes s'arrêtent proches de ses oreilles pour murmurer quelques mots de sa voix aussi attrayante que la beauté fatale qu'elle personnifie dans toute sa splendeur.

- Les larmes et le sang d'anges possèdent bien des vertus, petit archer...Si tes pairs te jugent, les animaux ne le feront jamais...Tu devrais y réfléchir, ne sait-on jamais...

Les doux yeux célestes  clignent rapidement et lorsque son esprit reprend contact avec la réalité, l'attractive silhouette a disparu, ne laissant que des sillons de peur et de pleurs sur son passage. Ses jambes tremblantes se relèvent pour pénétrer dans la chambre où sa marraine soigne ses quelques blessures, le regard triste et culpabilisant. Mais comment pourrait-il lui en vouloir alors que la légende démoniaque est réputée invaincue ?

Les prunelles violettes se reflètent avec force contre les puissants miroirs des yeux de l'enfant aux cheveux de neige. Le diamant de ses iris luit de chagrin mais aucun regret n'y court en un désir provocateur. Sur son cou, le tatouage d'une délicate rose noir luit doucement avant de s'estomper comme avalé par sa peau brûlée par le soleil.

Bien que magnanime sur son jeune âge, le roi céleste ne peut laisser passer une telle trahison à l'égard de son peuple. La condamnant à la déchéance lorsqu'elle atteindra ses seize années humaines,  elle sera isolée du reste du peuple en attendant. Si elle accepte la sentence d'un simple hochement de la tête, Robin sent son cœur rater un battement avant de sombrer vers le désespoir. Désormais, le duo reçoit l'enseignement de leur marraine dans la chambre de l'adolescente au palais mais le mépris extérieur est toujours omniprésent sous l'agitation des langues au venin acide, avide de savoir la teneur du marché secret entre l'enfant et la fille du Diable mais seul Robin a été le confident d'un tel secret.   

Les propos de l'héritière de Satan remontent alors à la mémoire de l'ange androgyne. Des larmes et du sang célestes...qu'a t-il à perdre ? Il sait qu'en principes, il ne devrait pas suivre les dires de l'ennemie naturelle mais son instinct lui souffle de lui accorder sa confiance.

Une larme tombe à l'intérieur de l'un de ses philtres expérimentaux et  dans un son de minuscule explosion, le liquide vire instantanément au violet sombre alors que son arc s'illumine soudainement. Un frisson traversant son corps, l'adolescent prend une paire de ciseaux et s'entaille très légèrement l'un de ses doigts. La goutte de sang perle dans la seconde mixture et le même phénomène se répète en une mixture teintée d'un bleu profond.
Des tremblements agitant son corps frêle, il y plonge délicatement la pointe de ses flèches et une agréable chaleur chatouille son âme dans un profond-bien-être alors que la puissance s'y glisse avec magnificence. Son arc dégage une douce lumière éclatante de magie alors que ses yeux violacés étincellent de mille volontés.

L'archer justicier céleste est né...

Huitième chapitre : Tu nous perdras, mon fils

Malheureusement, l'aube de ses seize ans sonnent le glas de la déchéance de sa cousine. Après de derniers adieux à ses proches des plus émouvants, son corps bascule en arrière dans l’abîme du ciel, un hurlement silencieux sur les lèvres, alors que Robin s'écroule en sanglots. Les sourires satisfaits des anges autour de lui l'entraînent dans une mare d'écœurement, ses pensées n'ignorent pas qu'iels rêvent qu'il soit déchu à son tour. Pourtant, les voilà qui adresse leur compassion hypocrite à ses parents et à la maman éplorée comme si de rien n'était.

Depuis lors, le jeune page s'enfonce dans la dépression et le mal-être. Ses yeux violets perdent toute étincelle de vie qui l'animait encore en présence de sa cousine tant aimée. Ses doigts sont presque aussi silencieux que ses cordes vocales et rien n'aiguise sa curiosité.
Un soir, un bruit sourd au rez de chaussé de sa demeure attire son attention avant que des éclats de voix ne l'obligent à sortir de sa chambre. Une profonde nausée lui attrape la gorge alors que ses poumons se vident d'air sous l'afflux de l'horreur.  Devant la porte d'entrée, le corps de son père gît, le visage figé en une expression de surprise et de terreur pour l'éternité. Le dernier hurlement de sa mère résonne sous le choc de la lame déchirant sa poitrine en des coups d'une haine effroyable.

Les yeux d'émeraude liés à la folie de son oncle rencontrent ses prunelles violettes avant que son corps fluet ne bascule en arrière, une forte pression enserrant sa gorge.  Chaque tentative d'inspiration et d'expiration est une torture en ses poumons vides d'air alors que son visage vire au blême. Ses petits doigts tentent d'attraper les phalanges meurtrières mais la main sur son cou dégage une force irrésistible. Ses jambes se débattent dans le vide comme pour mieux souligner son regard se vidant de vie.

Un bruit sourd résonne et une immense bouffée d'air remplit soudainement son corps d'oxygène en une nourriture salvatrice. La haute silhouette s'écrase sur son torse frêle avant que sa vue brouillée ne récupère de ses facultés. L'intrus se dégage mollement pour que des bras chaleureux ne l'attrapent avec mille délicatesses.

À partir de là, son esprit perd tout contact avec l'écoulement du temps et la réalité. Les draps blancs couvrent respectueusement les deux victimes et leur assassin à la nuque brisée. Sans l'intervention de sa marraine, agitée par un mauvais pressentiment, il aurait perdu la vie. Suite à cette violence mortelle, le peuple céleste commence à cheminer une route de réflexions. Au lieu d'aider les enfants, iels les ont traîné dans la boue et leurs souffrance a engendré la folie meurtrière de l'oncle de l'ange androgyne. Une tristesse envahit leurs cœurs sombres à l'idée d'avoir perdu deux anges d'une grandeur inégalée, aimant leur enfant et leur nièce par dessus-tout et l'ayant payé de leurs vies.

Le jour de l'oraison funèbre, le jeune Robin suit la cérémonie sans que son esprit ne soit réellement présent. Ses yeux violets vides, il assiste à l'incinération des cercueils de ses parents alors que des larmes silencieuses courent le long de ses joues. Lorsque des mains viennent solliciter les siennes en des compassions puantes d'hypocrisie et que les propos de mascarade résonnent à ses oreilles, ses pensées hurlent qu'il est temps qu'iels payent !

Les prunelles violacées s'écarquillent soudainement et une vive lueur explose soudainement dans le cimetière alors que la tenue bleu sombre d'archer couvre le corps frêle de l'adolescent. Attrapant ses flèches avec dextérité, l'arc est à peine tendu que déjà elles filent en un doux sifflement sur la foule. Des cris s'échappent en un vivifiant mouvement de panique alors que les pointes traversent les corps sans la moindre douleur pour filer au loin sans jamais offrir une quelconque douleur physique. Elles volent vers le lointain avant que soudainement, des grondements rauques ne vibrent dans les cieux en un écho terrifiant. Les nuages tremblent sous leurs pieds alors que des sons de course vrombissent à travers l'atmosphère.

Les hurlements restent coincés au fond des gorges alors que les gigantesques silhouettes des dragons célestes se profilent à l'horizon alors que leurs gueules géantes s'ouvrent en un concert de mugissements effrayants. Sauvages ou dits apprivoisés s'approchent de l'androgyne et grondent de plaisir lorsque sa main se pose sur leurs museaux démesurés. En un puissant vacarme de bruissements d'ailes, des centaines d'oiseaux et de rapaces viennent se poser ou voleter auprès du jeune roux. Loups, renards et autres habitants des forêts courent droit sur lui avant de s'arrêter à ses côtés avec sagesse. Les sabots éclatants des pégases et autres équidés angéliques s'inclinent avec respect devant lui avant de s'ériger reste du bouclier animal. Chiens et chats arrivent de tous les côtés pour s'inviter à la fête improvisée. Les quelques propriétaires d'animaux dispersés au sein de l'immense tableau tentent bien de les ramener à la maison mais d'un seul instinct, tous et toutes grondent ou grognent, les crocs recourbés en menaces signifiantes ou les yeux brillants d'une promesse de danger si jamais quiconque ose vouloir s'en prendre à l'androgyne.

Le regard violet croise celui bleuté du roi et l'arc s'abaisse en un soupir silencieux. Les lèvres royales s'entrouvrent en un discours de répression mais avant même qu'un mot ne soit prononcé, l'ange gardienne Masha le coupe avec véhémence, ses prunelles océan luisant d'une farouche détermination.

-Il suffit, Majesté ! Assez de punir les victimes ! Pendant des années, tous ces gens ont harcelé Syria et Robin en toutes impunités et vous fermiez les yeux sur l'évidence ! Tout était un prétexte à les frapper ou les insulter ! Et maintenant que mon filleul est orphelin, ces personnes ont soudainement de la compassion ? C'est répugnant de présenter ses sympathies à Robin alors que ces mêmes individu.e.s ont été des bourreaux ! Vous savez ce que signifie cette soudaine venue animale, n'est-ce-pas ? Vous saviez que ce jour arriverait depuis la naissance de Robin...Il peut bénéficier de soutiens de toutes les espèces animales et d'une empathie exceptionnelle pour toutes les races, y compris humanoïdes...Jusqu'à aujourd'hui, seule une personne a pu posséder un tel pouvoir...et un appel désespéré envers la faune compatissante n'est pas cher payé après des années de souffrances, vous ne croyez pas ? Robin est l'héritier de l'arc animal de Lucifer... Vous l'avez vu comme moi à sa naissance, reconnaissez le aujourd'hui...

Le discours s'éteint avec la même passion que celle animée dans ses propos. Les yeux couleur ciel de Masha se posent sur la foule touchée par le talent d'excellence du jeune archer. Les regards se détournent alors que les visages rougissent d'une honte dévorante pour la première fois depuis bien des années. Les visages cramoisies se baissent vers le sol en une tentative de rédemption maladroite. Les yeux s'éberluent de respect qu'un ange ne s'incline devant l'androgyne héritier suivi par de milliers d'autres. Si actuellement, l'ange déchu est devenu le plus farouche rival de leur peuple, le peuple céleste reconnait ses valeurs et sa puissance. Si son arc a décidé que le jeune roux serait son héritier, alors femmes et hommes angéliques lui doivent estime et égards.

Le souverain céleste cille rapidement, d'abord trop éberlué par la véhémence d'une de ses fidèles conseillères et magicienne des plus puissantes du royaume. Secouant la tête comme pour s'extirper de ses pensées, il la hoche avec lenteur avant de fixer son attention sur le jeune ange à la chevelure flamboyante.

- Ta marraine a raison....Même s'il est sans doute trop tard pour que tu accordes le pardon, ce qui est tout à fait légitime, je tiens à m'excuser d'avoir laissé la situation s'envenimer en fermant les yeux par couardise . Je te promets que tous vos bourreaux seront punis d'une façon ou d'une autre...Quant à toi, tu peux me demander ce que tu veux, tu l'auras dans la mesure du possible.

- Je veux vivre avec Sisi sans être déchu...Je ne veux plus être dans un monde où je suis harcelé pour des faits aussi idiots que la couleur de mes cheveux ou de mes yeux ! Je suis androgyne et je ne l'ai pas voulu, pourquoi devrais-je payer toute ma vie pour des accusations affabulatrices portées par des esprits étriquées se prétendant parfaits sans porter la moindre trace de pureté ?!

Les mots implacables de la langue des signes célestes frappent tous les esprits avec stupeur à l'exception de la délicate femme céleste et de sa tante lui adressant un doux sourire. Pour la première fois de sa vie, le jeune androgyne s'exprime publiquement sur la souffrance qu'il endure au quotidien depuis des années et il n'offre que de la tristesse à ses bourreaux que pour seul présent. Le souffle coupé devant l'enfant roux soudainement devenu adulte en l'espace d'une seconde, le souverain angélique hoche lentement la tête en signe d'accord.

L'ange a parlé...

Neuvième chapitre : Tu la retrouveras, mon fils
Si le roi céleste a bien l'impression de tenir sa promesse et que le comportement de son peuple change du tout au tout quant à leur attitude envers l'archer androgyne, il fat encore des mois pour que son souhait se réalise. Désormais mués en une sorte de respect et de repenti, plus personne n'ose le harceler comme auparavant. Chacun et chacune se souvient qu'il est désormais détenteur d'un ancien pouvoir de l'ange déchu Lucifer.  

Un soir, sa marraine vient lui annoncer qu'après des semaines de recherches, elle a pu retrouver la trace de la sublime reine des Enfers et de la fillette. Venue en paix, elle a pu converser sérieusement avec la fille du Diable. Si elle refuse d'en rapporter les propos exacts, il semblerait qu'un marché ait été passé entre les deux femmes censées être naturellement ennemies. Pourtant, Masha avoue sincèrement qu'elle ne porte aucun ressentiment négatif à l'égard de l'enfant du Malin et que cette dernière en fait tout autant, une sorte de respect mutuel comme instauré entre elles.

Sa marraine lui explique que la fille du Diable a emmené sa cousine au sein d'une académie magique où de nombreuses âmes dotées de dons suivent une scolarité adaptée à leur particularité. Situé au sein d'une autre dimension que celle dont il est originaire, l'établissement semble jouir d'un excellent prestige pour toutes les créatures où la magie s'est glissée.

Masha lui précise que sa cousine y est déjà inscrite avec un nom de famille d'emprunt pour que l'administration la reconnaisse légalement comme l'une de leurs étudiantes mais qu'il pourra en faire de même. Sans perdre ses ailes naissantes, le jeune archer peut descendre du monde céleste pour s'installer au sein de cette école vantée par les mérites de sa marraine. Inscrit en première année de lycée, il se propose d'être le potentiel leader du club de tir à l'arc puisque ce sport typique compose son don et qu'il a besoin que des gens placent leur confiance en lui pour ne plus être l'enfant meurtri d'autrefois.

S'entraînant aux arts martiaux avec la fille du Diable et protectrice officielle de sa cousine, sa loyauté n'en démord jamais à l’égard de cette dernière et des animaux. Si elle n'a pas revu son père, empereur des Enfers, depuis des années, la reine démoniaque lui assure qu'il est sans aucun doute possible au courant du fait que son ancien arc ait trouvé un héritier et combien il doit être ravi que ce soit un ange différent des autres comme lui l'a été qui puisse aujourd'hui le manipuler. À travers ses entraînements intenses et ses possible épuisements quotidiens, seule une unique pensée s'accroche à l'esprit du jeune roux céleste.  

La protéger à jamais...




• Derrière l'écran

Pseudo : Robin ou Sisi.
Avatar : Suou Tsukasa - Ensemble Stars
Code Règlement :
Comment avez-vous connu le forum ? : Quelques curiosités Internet et me voici
Un petit mot ? : Je suis ravi d'être parmi vous ♥



Code Anéa - N-U


Dernière édition par Robin Windrosen le Jeu 13 Sep - 7:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Directeur
Directeur
avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Mer 5 Sep - 18:59


Hohoho, bonjour Robin! Désolé pour le retard, j'ai été pas mal occupé ces derniers jours! Bien, donc je n'ai rien à redire pour le physique et le caractère! Robin a l'air un peu trop parfait, mais bon, c'est un ange donc ça coïncide.
En revanche, quand nous avions parlé de ton nouveau pouvoir, je t'avais bien spécifié de faire attention à son ampleur. Qu'il touche les animaux et non les humains règle tous les problèmes posés par la première version, mais là tu dis quand même que tous les animaux du monde, non, de tous les mondes, quels qu'ils soient lui vouent un amour et une loyauté sans bornes! Veille à apporter de la nuance et à être moins absolu sur ce point, parce qu'admettons qu'un joueur ait un animal, cela veut dire que même si le joueur ne veut pas que son animal apprécie Robin, il y sera obligé par ton pouvoir. Et si une créature malveillante attaque l'Académie, alors il suffit que Robin apparaisse pour que le problème soit immédiatement réglé. Peut-être pourrais-tu faire en sorte que l'influence qu'a ton personnage sur les animaux soit limitée par l'hostilité ou le caractère de ces derniers? Bien sûr, cette "restriction" ne serait appliquée que dans des cas exceptionnels (face à d'autres joueurs ou lors d'Events).

Hrm, en avançant dans l'histoire, il devient clair que le pouvoir de Robin (et Robin lui-même par extension) est vraiment beaucoup trop puissant. Je ne sais pas si j'ai été très clair lorsque j'ai parlé de "compatibilité du personnage avec le forum", mais le problème vient en grande partie de là, je pense. L'univers de Natsuyasumi n'est pas du tout un univers d'heroic fantasy dans lequel les personnages sont de grands héros d'épopées, et ainsi, Robin, qui a tout d'une légende vivante, est en gros décalage avec l'univers scolaire/fantastique/comédie de Natsuyasumi Academy. Bien évidemment, je ne te demande ni de refaire ton personnage ni d'en changer, mais il faudrait trouver un moyen de le rendre plus compatible avec le forum ainsi qu'avec ses camarades et professeurs. La solution la plus simple que j'entrevois est de diminuer de beaucoup ses capacités. Parce que si en quelques flèches instoppables il peut faire appel à une véritable armée d'animaux et de créatures lui vouant une loyauté sans failles pour massacrer ses ennemis... Il est largement trop puissant pour l'univers plus coloré et bon enfant de l'Académie.

Autre détail de l'histoire : il est précisé je ne sais plus où dans le forum (le contexte il me semble) que l'Académie ne recrute pas. Ainsi, Robin n'a pas pu recevoir de lettre le conviant à rejoindre l'Académie.

Voilà pour les points problématiques. Transférer un personnage d'un forum à un autre peut toujours être compliqué, surtout quand les univers diffèrent beaucoup comme cela a l'air d'être le cas avec ton personnage. Peut-être aurais-tu moins de mal à adapter Robin si tu pensais plus en mode "Natsuyasumi Academy" et moins en mode "transfert"? En projetant ton personnage dans l'univers du forum et en évitant de te focaliser uniquement sur le personnage, tu devrais avoir moins de mal à le rendre "compatible" avec NA. Si tu as besoin d'aide, n'oublie que je suis là pour t'aider, donc n'hésite pas à me contacter!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsuyasumi-academy.forumactif.com


avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Lun 10 Sep - 21:20

Bonsoir,

Tout d'abord, je m'excuse de ce retard, ces derniers jours ont été assez éprouvants pour moi.

J'ai changé un point du pouvoir en précisant que les animaux déjà "mauvais" de par leur personnalité ou liés à une personne pas forcément sympathique comprendront le pouvoir de Robin, peuvent communiquer avec lui mais le suivre loyalement n'est pas une obligation ^^. Son arc renforce leur résistance mais les animaux resteront moins puissants face à des attaques magiques ou physiques des plus impressionnantes, Robin peut les soigner ou autres sur le court terme mais ne les rend pas invincibles =).

Pour le coup de la lettre, c'est modifié aussi. J'avais dans la tête l'idée d'une "brochure" que sa marraine lui aurait fabriquée pour qu'il comprenne mieux l'Académie mais ma phrase est mal ressortie, c'est devenue une lettre allez savoir pourquoi °°

Robin n'est pas une légende, je vois Lucifer comme le premier ange déchu qui aurait laissé plein de choses derrière lui, l'arc étant une infime partie de ses capacités. D'autres anges bénéficieront sans doute d'un autre don dans le futur et j'avais bien dit que la marraine de Robin n'était pas certaine que l'arc vienne de l'ex ange lui-même. L'histoire a été oubliée dans le temps, c'est comme un conte de tradition orale sans de réelles preuves concrètes derrière. La fille du Diable que j'utilise dans l'histoire elle-même n'est pas certaine que l'arme provienne vraiment de son père, elle ne connait pas tout de son passé.

En tout cas, j'ai réussi à éditer la fiche comme je le pouvais et j'espère que ça ira =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Directeur
Directeur
avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Mer 12 Sep - 21:27

Ces modifications me paraissent déjà bien mieux, mais il a toujours la capacité d'appeler à l'aide une grande armée d'animaux, et c'est surtout à ça que je faisais référence quand je disais qu'il était trop puissant. La loyauté absolue était aussi problématique, bien sûr, mais il faudrait que tu diminues son champ d'action, car pouvoir faire venir à la rescousse des centaines d'animaux en un claquement de doigts (c'est une expression), c'est vraiment beaucoup. ^^

Après la révision de ce point, tout devrait être bon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsuyasumi-academy.forumactif.com


avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Jeu 13 Sep - 7:22

Il ne peut pas faire venir tous les animaux du monde dans le même coin hein ^^

Ce sont ceux et celles qui ont envie de le rejoindre, et qui sont proches sur le plan géographique, qui viendront =)

J'ai édité ce paragraphe pour dire que les animaux qui viennent à lui le font par "convictions" et non par "obligations", ses flèches sont un moyen de communication "à distance" si j'ose dire =).

Puis Robin ne participe pas à des combats ou autres du genre, il "appelle" des animaux proches pour se sentir bien. J'ai fait une "armée" pour mon histoire pour montrer qu'après des années de souffrances, il a craqué et ça s'est ressenti. Je ne réutiliserai pas ce genre de phénomènes en rp, Robin pourra être accompagné de deux ou trois animaux "représentants" pour l'aider à s'adapter à ce nouvel environnement, un est le "garde du corps" privilégié de sa cousine de sa propre volonté (Robin ne l'a jamais obligé à le faire).

Son pouvoir lui permet surtout une communication "à distance", une compréhension des langages animales et divers actes sur leur métabolisme si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Directeur
Directeur
avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Dim 16 Sep - 19:34

D'accord, je comprends. Si tu as fais ces précisions dans ta fiche, alors tout devrait être bon (mais si elles ne sont pas encore faîtes n'oublie pas de les ajouter)! Signale-le moi ici ou par mp si tu t'en es occupé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsuyasumi-academy.forumactif.com


avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Lun 17 Sep - 7:20

Bonjour ou bonsoir selon l'heure,

J'ai édité ma fiche sur les points cités plus haut, j'espère que tout conviendra =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Directeur
Directeur
avatar


MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   Jeu 20 Sep - 0:37

Hohoho, bonsoir Robin, et désolé pour le retard de la réponse! Bien, tout m'a l'air en ordre cette fois, je peux donc valider ton formulaire! Hohoho, je sais que tu as longuement et avec impatience attendu ce moment, mais ta patience est finalement récompensée! Comme quoi, tout vient à point à qui sait à tendre un arc, hohoho!

Conseil des élèves : En parlant d'arc, j'en connais un qui est loin d'être une flèche...

Voyons, les jeux de mots ne doivent jamais être utilisés à mauvais escient!

Conseil des élèves : C'est l'hôpital qui se fout de la charité! Et on a des preuves en grand nombre qui ne demandent qu'à être placardées sur tous les murs de l'école!

Mh, oui, enfin, bref, hohoho! Quoi qu'il en soit, maintenant que tu es un élève de l'Académie, Robin, tu peux chercher des camarades de rp, créer ton carnet de bord, ainsi qu'ouvrir une page Nats'up si tu es parvenu à assimiler le fonctionnement de l'informatique. Pense également à faire ta demande de chambre pour le pensionnat! Tu gagnes également ci-dessous ton premier badge afin d'accompagner tes premiers pas à l'Académie. Malgré ton passé particulièrement lourd et tortueux, j'espère que tu parviendras à trouver une forme de rédemption à Natsuyasumi et que la vie simple et déjantée de notre belle école t'apportera plein de bonnes choses, hohoho!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsuyasumi-academy.forumactif.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'archer céleste androgyne   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'archer céleste androgyne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commande pour un archer hobbit :)
» [Nouvelles Règles] Archer Satyre
» Julien Vogel... [Archer & Emissaire des nains]
» Lenwë Elensar [Archer]
» [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Natsuyasumi Academy  :: Bienvenue à l'Académie ! :: Entrer à l'Académie :: Formulaires validés-
Sauter vers: