Créez un perso déjanté, zombie, super-pouvoirs, voyageur temporel, riche hériter... A l'Académie Natsuyasumi vous pouvez être ce que vous voulez! Tentez l'aventure!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Formulaire de Jason B. Smith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Science club Leader
Science club Leader
avatar


MessageSujet: Formulaire de Jason B. Smith   Ven 13 Jan - 18:51



JASON B. SMITH

No game no life !











• Identité

Nom : Jason Branwen Smith
Âge : 17 ans
Nationalité : Américain
Classe/poste : Terminale
Section : Classes diurnes
Club : Sciences
Singularité : Ma malédiction me contraint à me transformer en lapin quand j’éternue.. Grâce à quoi, je comprends le langage des animaux. Si on embrasse mes oreilles, je redeviens humain mais je ne laisse pas n'importe qui le faire...
Groupe : Anormaux, of course
Pensionnaire : Oui, j’crèche chez vous.

• Physique

Comme vous pouvez le constater, je suis un mec – même si parfois, on peut se poser des questions. Je ne vais pas vous dire les choses directement car si je vous dit  « moi grand, blond, vert-bleu, pâle » vous n'allez comprendre que dalle. Donc, je vais bien me décrire physiquement :

Je suis blond, très clair. 
C'est une couleur rare dans mon coin, ouais, car ça correspond plus aux surfeurs et aux Californiens. D'où j'suis alors? Je suis texaqué... texaquois... textonais...? euh... enfin, je sais pas comment ça se dit mais je suis du Texas, donc, le plus courant c'est les bruns ou châtains, on voit rarement des blondinets, là-bas. Je ne ressemble à personne dans ma famille, je suis le mouton noir du troupeau... Enfin, plutôt le mouton blanc. C'est une couleur très rare dans ma famille puisque la plupart sont bruns ou châtains. Il y a même des roux mais des blonds… ? Que je sache, il n'y a que mon arrière arrière grand-père qui l'était. Mes cheveux sont assez longs et je les coupe moi-même, donc, c'est une coiffure unique ! J'ai une sorte de dégradé irrégulier qui va bien avec mon style. Quelques mèches effleurent mes épaules, d'autres n'arrivent qu'à ma nuque et d'autres... ben, elles arrivent au creux des omoplates mais, dans tous les cas, je peux les attacher. J'ai aussi une frange irrégulière qui balaye mon visage. Je suis souvent coiffé à l'arrache – voire pas du tout – car, oui, je suis un flemmard (au cas où vous ne l'aurez pas encore compris) et j'ai mieux à faire que m'occuper de mes tiffes. Parfois, je mets un bandeau ou des barrettes sur les cheveux ou mon front pour éviter que la frange me dérange pas.

Mes yeux ? 
Ben, je me suis jamais regardé assez de temps dans un miroir comme pour savoir si je les avais verts ou bleus... Attendez, je regarde.... Hum... Ils sont bleus mais ils peuvent virer au vert clair, comme l'océan, pas comme le ciel. C'est une sorte de turquoise très clair, glacé même, dont les nuances et les éclats varient en fonction de l'éclairage.

Aussi, j'ai pu constater que j'avais des cils assez longs pour un mec, des sourcils normaux, un nez normal, des lèvres un peu pulpeuses et des traits relativement fins, comme mon corps... Ouais, je n'ai pas la carrure qui correspond à celle d'un mec de mon âge mais, au Japon, ça passe plus inaperçu qu’en Amérique parce qu’il y a pas mal d’androgynes – selon moi. Enfin, en réalité, je m'en fiche car je n'ai pas envie de faire du sport ni de la muscu' – je n'ai ni l'envie ni la motivation pour. 

Je suis un vrai morfale, aussi. 
Je mange de tout, n'importe quand et n'importe où mais, je mange pratiquement que des sucreries et des trucs frits ou de la junk food, précuite ou autre. Ouais, je mange pas bien, et je dois avoir le cholestérol très haut mais on s'en fout, MOI je m'en fous, perso. Tant quand ça me remplit l'estomac, je mange tout et n'importe quoi. Enfin, pas n'importe quoi, ça doit être... comestible. Bref, tout ça pour vous dire j'ai pas un pet de graisse et j'ai une musculature fine puisque j'ai un métabolisme très accéléré. Je suis grand, je trouve. Je fais plus ou moins un mètre quatre-vingt… Ouais, une taille relativement normale pour mon âge, bien que je sois plus grand que bon nombre de nippons. Je ne me trouve pas spécialement beau mais on m'a déjà dit que j'étais mignon, donc, voilà : on va dire que j’suis pas moche. Par ailleurs, j'ai la peau très claire, je suis pâle même et ce n'est pas rare que mon teint soit accentué par les sombres cernes qui ornent mon visage les nuits d'insomnie ou de tournois online. J'ai ce qu'on appelle un « bronzage ordi ». C'est à dire ? Je suis blanc comme le cul d'une nonne.

Accessoirement, j'ai les oreilles percés : j'ai deux trous au lobe gauche, trois au lobe droit et un piercing au cartilage du même endroit. Je trouve que ça fait classe, même s'il n'y a pas grande chose qui m'aille. Au moins, je suis fier de mes piercings. Quoi qu’il arrive, je les porterais, même en cours ! Je n’ai rien contre les uniformes, ça m’évite de réfléchir à ce que je dois enfiler le matin, mais mes bijoux, y restent sur moi. Ce n’est pas négociable.

Malgré les apparences, j'ai une très, très, très mauvaise vue et personne le remarque car, le peu de temps que je passe hors de ma chambre, je porte des lentilles. Je suis myope comme une taupe ! En privé – et, rarement en cours –, je porte des lunettes. Pour ce qui est babioles et accessoires, je n'aime pas avoir des trucs autour du cou, ça me stresse. Donc, tout ce qu'est collier, pendentif, ras-de-cou et compagnie, zou ! Je les veux pas, c'est pas pour moi mais, les bracelets, je dis pas non. 

Côté habits, je ne suis pas facile, ni difficile – ce qui est relatif, avec moi. 
J'aime porter des vieux jeans troués et délavés, amples ou serrés – ça m'est égal – et des débardeurs longs que j'achète quelques tailles en dessus. Je peux porter aussi des chemises avec ou sans manches, des soquettes, n'importe quel chaussure sportive (tennis, baskets, converses, etc) ou des bottes, mais je ne les mets que rarement. J'aime beaucoup les vestes à capuche, j'en ai même une noire avec des oreilles de lapin qui retombent vers l'arrière et une rouge avec des cornes... Je suis space, je sais, et fier de l'être ! Je n'ai rien contre le cuir ni les fourrures mais je préfère le synthétique – ça dure plus, je trouve. De ce fait, je mets souvent une veste de motard noire en sky. Hum... je ne sais pas quoi vous dire d'autre... je pense l'avoir tout dit, ou presque tout... bof, tant pis.

Vous ne loupez pas grande chose, en soi.
Des questions ?

Et ma forme animale, dans tout ça ? Dois-je vraiment en parler ? Bleh… Ben, pour faire simple, j’ai l’air de ce que je suis : un foutu lapin couleur crème. Un lapin satin angora, pour être plus exact et, la seule particularité que j’ai, sous cette apparence, ce sont mes yeux : ils sont bleus-verts, ce qui n’est pas très courant chez les lapins – si j’ai bien cru comprendre.

• Caractère

Alors là, je ne sais vraiment pas par où ni par quoi commencer... Il faudrait vraiment être dans ma tête pour pouvoir me comprendre - et encore, je vous déconseille de tenter l’expérience. 

Je suis assez ambigu... non, bien plus... je suis paradoxal... très paradoxal...
Je suis lunatique ! Hum, j'ai plusieurs facettes, j'en ai beaucoup…

On pourrait même me prendre pour un bipolaire et parfois, pour un gros schizo' – au sens propre du terme. Et oui, je peux être le plus sage du monde et le plus gentil (ça reste à voir *kof kof*) comme le plus con, le plus désagréable et insupportable qui soit. Pourtant, je ne bats pas ma petite sœur Chelsea – personne ne le pourrait, de toutes façons. Je ne suis pas invivable, mwa ! Du moins, pas tout le temps… Y suffirait de ne pas me casser les coucougnettes, me foutre la paix et effacer les mots mignon et adorable de votre dicco si jamais j’éternue devant vous… AH NON. SHUT. Pas.un.seul.commentaire. Sinon, je jure sur mon pc gamer que je rongerais toutes vos affaires la prochaine fois que je me transformerais ! Oui oui, surtout ce que vous aimez le plus et je prendrais un très grand soin à tout déchiqueter.

Bref.
La plupart du temps, je suis le typique jeune asocial, misanthrope et un peu sociopathe sur les bords qui reste dans son coin avec une ou deux personnes plus âgés que lui et qui ne fait aucun effort pour connaître ou rencontrer d'autres gens car il n'en a rien à foutre – pas même au sein de son club. Oui ! Ça m'arrive de parler de moi à la troisième personne. Ça m'aide à réfléchir, car oui, je réfléchis parfois, pas souvent, mais je le fais – quand même. Je suis humain, après tout – bien que parfois, on puisse se poser des questions.

Je ne suis pas capricieux ou, du moins, je ne pense pas l'être. 
Généralement, je suis quelqu'un calme en apparences, plutôt indiffèrent ou nonchalant et, rarement inexpressif – seulement quand je suis blasé. La blase m’empêche de sourire ou de me foutre d'autrui, et oui... Apparemment, je souris toujours comme un imbécile heureux... Alors, rassurez-moi, j'ai pas un sourire béat toujours, uh ? NAN ?! RÉPONDEZ-MOIIIIIII ! I know you're here ! I KNOW ! Ehem... 

Je ne suis pas quelqu'un d'égocentrique ni de narcissique ni rien du genre. 
Je ne suis pas avare ni cupide mais je ne dis pas non à l'argent car je peux m'acheter plein de sucreries, des mangas et des goodies, des trucs pour mon ordi ou des jeux vidéo, etc. Oui, je suis un geek et un otaku – un nolife, pratiquement. Je mange dans ma chambre, je reste autant de temps que possible dans ma chambre et si j'ai pas envie d'aller quelque part, je joue la comédie et je reste au lit. Une ou deux (ou trois) grasses mat' de suite ne font de mal à personne ! D'ailleurs, si je le pouvais, je me marierais avec ma chambre puisqu'elle a et est tout ce dont j'ai besoin.

Néanmoins, il m'est même arrivé de pisser dans une bouteille vide et la balancer par la fenêtre pour ne pas devoir sortir ni lâcher l'ordi une seconde et, moins encore, pour voir ces abrutis du dortoir… Je vous jure ! Y m’font vraiment chier… Qu’est-ce qu’ils ont tous à me regarder quand je pisse ? J'sais pas, ça doit être de la parano' mais ça m’perturbe, même si j’suis pas pudique. EH. Ce n’est pas parce que je suis gay que j’aime m’exhiber… J’évite un max les chiottes du pensionnat, je préfère garder une bouteille à portée de main et vla. Heureusement que j'suis plutôt hygiénique, malgré tout. J'ai toujours du gel antiseptique sur le bureau, des lingettes et d’autres conneries dans le genre. 

Autre chose ! 
J'aime tout ce qui est punk, rock, gothique, un peu rétro ou ancien, pin-up. En sommes, tout ce qui est mode alternative car je déteste suivre une mode en particulier, surtout celles que tout le monde suit. J'ai un minimum de culture générale, on peut dire, même si je suis toujours enfermé dans ma petite bulle et je ne laisse quasiment personne y entrer, à part deux camarades de classe (Vralrnus et Kregarevn, des gars super mais l'un est une racaille et l'autre un Dom Juan – ils ont redoublé leur terminale) et un type du club d’Occultisme, auquel ils se frottent, qui m’a fait une très grosse faveur : lancer un sort à mon uniforme pour qu’il s’adapte lors de mes transformations – parce que, mine de rien, je me retrouvais à poil les trois quarts du temps... Les trois sont très sociables. Tout mon opposé, n'est-ce pas ? Sans compter que deux des trois-là ne sont même pas humains.

Je ne suis pas super fut-fut, je capte limite quand on me drague mais je sais parfaitement quand on essaye de me manipuler ou de me faire une crasse… Mais, en général, c'est moi qui manipule et machine dans mon coin – j’suis plutôt farceur et, même si j’ai une bonne mémoire, elle est très sélective. Par ailleurs, n’essayez pas de me tripoter, me grattouiller, m’accrocher des rubans ou des accessoires débiles quand je suis en lapin. Mignon ou pas, j’ai quand même des griffes et des dents et j’hésiterais pas à m’en servir !

Eh. Par contre, si on me propose quelque chose qui m’intéresse, vous pouvez être sûrs que j'en profiterais. Genre... on me propose de la bouffe gratos et bien, je suis prêt à suivre pedobear pour avoir un bon stock de bonbons. Quoi que... 'fin, peu importe, j'suis pas une loli, je ne cours aucun risque – même si de dos, je ressemble à une gonzesse. En gros, on peut dire que je suis plutôt corruptible si on me graisse bien la patte.

J'aime les films d'horreur, d'humour et d'action, les anime, les manga, les animaux. Ouais... je n'aime pas beaucoup le reste des humains, parfois j'ai même honte d'appartenir à leur espèce mais, s'il y a quelque chose de pire qu'un Homme, c'est une de ces tapettes plumées qui se font des orgies à tout va – du moins, c’est ce que Vral et Kreg disent. C'est bien des anges que je parle ! Ils ramènent leurs culs plumés et, tout de suite, on les voit comme des dieux ou des trucs purs et bienveillants qui vous protégeront et tout ça. Ben, c’est pas vrai ! J’en ai croisé quelques uns, depuis que j’suis dans ce bahut relou (‘fin, théoriquement, le cul plumé je l’ai croisé en ville) et, malheureusement, j’suis uniquement tombé sur des enfoirés et sur un foutu travelo qui a essayé de me violer. Alors NON, NON ET NON. Je ne ferais jamais confiance à un de ces foutus colverts ! Même pas mort.

Donc, pour ma part, c’est logique que je préfère les démons et autres créatures censées être malveillantes ou farceuses – on s’entend assez bien, en général. Meh… je sais que les démons sont censés être pires que les colverts mais, disons que je n'ai pas connu d'exceptions chez les plumeux alors que j'en ai rencontré chez les cornus. Mes deux amis en font partie, par exemple, et ils sont cool, eux. Ils font partie des rares personnes à pouvoir me supporter sans avoir envie de me tarter ou de m’enterrer – et les seuls à avoir eu osé pour être tactiles envers moi sans craindre pour ma malédiction – un maléfice foiré, ouais !

Maintenant, changeons de sujet, voulez-vous ?
Passons à une chose toute à fait différente mais qui reste dans la thématique – puisque ça concerne ma petite vie et mon caractère : j'aime les animaux, je les adore, même. Tout comme les plantes. On dit que j'ai la main verte mais j’suis allergique à plusieurs sortes de pollens et certaines plantes me donnent de l’urticaire... Mais, en ce qui concerne les animaux, il crèvent facilement entre mes pattes. En fait, vous saurez à quel point j’ai aimé un animal en fonction du temps qu’il dure – comme les piles : moins ils durent, plus je les aimais.

D'ailleurs, il n'y a qu'un seul qui a vécu longtemps avec moi : un chat.
Ce dernier crèche parfois ma chambre et ne fait que pisser sur mes coussins donc, je dois souvent les changer et j'aime pas ça, mais bon… Sinon, Gin est adorable. C’est un vieux chat de gouttière qui traîne par dans le bahut depuis quelques années – les gens le nourrissent donc, il reste. J'aime l'avoir sur moi ou à coté quand je suis devant l'ordi. Grâce à lui, les souris, les lutins, les farfadets et d’autres merdouilles du genre ne touchent pas à ma gratte ni à mes goodies ! Et j'ai pas de bébêtes dégueulasses dans ma chambre... Comme quoi ? Been, j’saurais pas quoi dire.. des mille-pattes, par exemple, et j'aime pas particulièrement les araignées ni leurs cousines, les mygales, ni les serpents à sonnettes... J’aurais bien aimé avoir Gin quand j’habitais au Texas, il s'en serait bien occupé. En dehors de ça, j'aime bien les insectes et les reptiles. Ils sont très indépendants.

J'ai une grande difficulté pour me concentrer sur autre chose que mon ordi, la botanique, la mythologie, la musique ou les animes donc, je peux paraître idiot, voire complètement nul car je ne m'intéresse à pas au reste du monde.... Ah ! Si, ya les sciences, j'aime ça. J'ai pas besoin de trop réfléchir et je toujours eu des bonnes notes, pas comme pour les langues... ni le sport, je dois trop en faire et ça me donne des gros coups de barre... Je HAIS le sport, je serais capable de vendre mon âme au Diable pour éviter ne serait-ce que de piquer un sprint... Je serais capable de la lui vendre aussi s'il me donne en échange autant de bonbons et gâteaux que dans mes rêves. Le sucre, c'est la vie ! MA vie…

Aussi, je déteste les toubibs et, même si j'ai un rhume de cheval, une grippe ou quoi que ce soit, je ne sortirais certainement pas de ma chambre ! Je préfère crever plutôt qu'aller en voir un... Par ailleurs, je n'ai pas de caries parce que je me brosse souvent les dents – vive cette logique d'enfant ! J'suis pas con, hein ? Hein ? Si je me les brossais pas, je n'pourrais plus manger des sucreries et j'devrais aller voir le docteur pour les dents... il s'appelle comment déjà...? Le vétérinaire, nan, ça c'est pour ma sœur... Le dentiste, nan?

Vous voyez ?
Je ne peux pas être sérieux et je me distrais facilement – mais, je radote. Enfin, ça dépend pour quoi, où et comment. Pour chercher des façons de tuer ma sœur, ses stupides copines ou certaines grognasses de ma classe, je peux me concentrer très vite et facilement, ma vie en dépend ! Je ne veux plus finir travesti ni servir de poupée ni de mannequin à des gamines qui savent pas ce qu'elles veulent ou se mettent à chialer des qu'on essaye d'enlever la robe de princesse ou les cosplay de fille faits maison... Je vous assure, ça ne donne pas envie de se pendre mais de les pendre, de les tuer, les zigouiller, les trucider, les découper, les déchiqueter, les exploser et refaire la peinture des murs ! J'ai déjà essayé de la convaincre qu'elle avait été adoptée mais elle s'en fout, pas moi... J'ai aussi essayé avec le coup du : « on t'a trouvé dans un sac poubelle et on a eu pitié de toi », mais nan, ça n'a pas marché, non plus… Cette garce de Chelsea me fait encore chier, malgré la distance qui nous sépare, parce qu’elle est la seule à me contacter. Les autres membres famille sont contents de s’être débarrassés de moi – et je préférerais que l’autre vache fasse de mêmes, qu’elle m’oublie et arrête de m’envoyer des lettres ou des mails. Plus je l’ignore, pire c’est et, même si j’ai songé à changer d’adresse mail, c’est celle que j’ai donné pour tous mes trucs administratifs et tout, donc, je ne peux pas la supprimer, comme ça...

Il y a une autre chose que je déteste... mon second prénom : Branwen. C'est un prénom de fille, même si sa signification (corbeau blanc, en gallois) ne me déplaît pas... Au pire, je peux me faire appeler Gwen ou Bran, si on finit par connaître cette partie de mon identité... mais... si jamais vous osez m'appeler Gigi, Wendy ou Brandy, je vous refais la face à coups de gameboy. Il vaut donc mieux qu'on ne le sache pas. En tout cas, je vais pas crier sur tous les toits mon nom complet, vous pouvez en être sûrs.

Quoi, si j'ai de manies? Of course... 
Me balancer sur mon fauteuil ou ma chaise, que ce soit devant l'ordi ou en classe.

Je suis tombé plein de fois en arrière mais je continue à le faire et un de ces quatre, je vais finir par me casser les dents contre mon bureau... Je ris aussi quand il n'faut pas, comme la dernière fois, dans l'enterrement de Tante Margaret... J'ai dû sortir du cimetière car j'avais eu un gros fou-rire. Ou.. quand ma sœur se fait mal, je me moque d'elle, si quelqu'un se fait mal, je rigole, je me marre comme un con. Sans doutes, je ne suis pas vraiment méchant (pas envers tout le monde, du moins) mais je suis cynique, tordu et un peu pervers (Très. Beaucoup, même), mais discret – ou pas. J’ai un humour pourri et très noir.

Autres manies ? J'en ai beaucoup, comme des défauts mais personne n'est parfait, voyons.
Ce sont les défauts qui font qu'une personne est unique. Moi, j'en ai plein. Je ne suis pas vraiment croyant (simple esprit de contradiction) mais j'aime tout ce qui est mythologie, magie et légendes – pas assez pour rejoindre le club d’Occultisme, ceci dit : y sont zarb, ces gars-là. J’suis plus calé dans tout ce qui concerne l’espace, l’ufologie, l’astronomie, etc. Par contre, je tente de ne pas trop me poser des questions au sujet d'éventuelles entités suprêmes qui puissent se trouver au dessus des créatures infernales, célestiales ou autres bestiaux qui se sont pointés après l’Incident – je n’ai rien contre les aliens ou les fantômes, du moment qu’on m’emmerde pas. En plus, je ne crois pas et j'ai jamais cru au père Noël... Il me foutait les pétoches, il me les fout toujours, donc, je préfère me persuader de qu'il n'existe pas (au même titre que les déités), même si, vu l'endroit où j'habite, il n'y a pas moyen de le faire... 

Dernièrement, pourquoi n'ai-je pas parlé d'Amour ou d'une connerie du style ?
Parce que ça ne vous concerne pas et que je trouve l'amour tout bonnement stupide… C'est dégoûtant et guimauvesque – écœurant. Par contre, les relations intimes ne me gênent pas plus que ça, de temps à autres, quand j'en ai envie. C'est pas souvent, ceci dit. Je me sens beaucoup plus attiré envers un personnage virtuel qu'envers une personne réelle. Mais, j'avoue apprécier le toucher des poitrines féminines… Les vraies, hein ! Parce que les vraies poitrines c'est rond, doux et moelleux. Mais, ça s'arrête là. Je n'aime pas les femelles : je suis gay et ça ne changera certainement pas. Je n’ai rien contre les transgenres mais les travelos m'ont traumatisé, comme vous l’aurez deviné…

Accessoirement, le seul moyen de me faire sortir quand j’suis pas en cours, c'est pour aller acheter à bouffer ou de quoi me distraire. Oh puis merde, si vous voulez en savoir plus, vous devrez vous démerder pour mieux me connaître. Je vous conseille de le faire par le biais du net parce que sinon, vous n'allez pas m'soutirer grande chose. Alors, bon courage pour attirer mon attention, les gens ! J'ai beau être un humain, j'ai toujours été quelqu'un de très fier, je n’assume pas toujours mes erreurs (très rarement… voire jamais, en fait… je préfère pointer quelqu’un du doigt sauf quand j’ai pas d’autre choix...) et je ne suis pas très attaché aux règles et tout… De plus, plus on tente de m'approcher, plus je vais m'éloigner : esprit de contradiction.

• Histoire et Singularité

Je m'appelle Jason, Jason (Branwen) Smith.
J'ai dix-sept ans depuis le premier mars et je ne connais pas mon signe astrologique, ce n'est pas important, si ? Je suis fils de Héléna [36ans, femme au foyer] et Matthiew Smith [43ans, esclave à temps complet dans le bureau d'une certaine entreprise messagère que je ne citerais pas]. Mr et Mme Smith, ironique, nan ? Nan... 

J'aurais aimé vous dire que j'étais fils unique et que j'étais gâté par la vie, que je vivais dans un grand château ou manoir, avec un grand lévrier afghan nommé Alexander et un chat blanc avec un collier en diamants nommé Christie, mais c'est pas le cas – et c'est loin de l'être : j'ai une petite (grosse) peste pour petite sœur, chiante à plus en pouvoir... Vous savez ? Une de ces petites brunes connes et malpolies qui osent vous déranger et respirent votre air à vous et que personne ne veut – pas même en guise d'esclave ? Ben, une comme ça !

Depuis quelque temps, j’ai un chat adorable, la seule chose qui m'est précieuse et importante ici, à part mon ordinateur portable et toutes mes consoles – et mes amis, si je peux les appeler ainsi ! Je vivais dans une petite maison, dans une urbanisation où il n'y avait que des vieux et des racailles, sans compter que la ville la plus proche (qui apparaît sur la carte et sur google) est à une centaine de kilomètres de ladite maison. Le reste, c'est des amas de petits bleds ou patelins et y'en a vraiment pas beaucoup... Bienvenus au Texas ! Ce n'est pas encore le désert, mais presque. En été, on cuit et, en hiver, on se les pèle grave... ET ON N'A PAS DE CLIM'!! Et tout ça à cause de cette peste de Chelsea et de son foutu poney... Oui, oui, au lieu d'avoir un chien, on a eu un poney... Un foutu canasson qui n'a pas duré longtemps, en plus (si on a un truc en commun, c’est le fait que nos animaux de compagnie ne vivent pas bien longtemps). Heureusement qu'on avait internet ! J'avais réussi à me le payer grâce à des petits jobs minables çà et là, dans le quartier. J'aidais les pépés chez eux ou je m'occupais des jardins pour ce faire. Et putain, qu'est-ce que c'était cher ! Au moins, ça valait le coup… je pouvais m'évader, vendre des petits trucs online, jouer à des mmorpg, étudier à distance, etc.

Maintenant, je vais vous donner un petit cours sur « comment foutre en l'air la vie d'une belle famille », alors : 
Premièrement, si vous êtes mariés et si vous tenez à votre mari ou femme, buvez un peu trop et oubliez de vous protéger lors de l'acte. 

Deuxièmement, attendez sept-huit mois et gonflez comme une montgolfière ou regardez comment votre belle et adorable épouse grossit, puis attendez qu'elle vous donne le cadeau tant attendu…

Troisièmement, bercez cette abomin-... pardon, ce cadeau des Cieux trop près du mur et cognez le plusieurs fois contre celui-ci – ou contre le plafond. S'il pleure, il sera un petit peu sonné et se la fermera pour le restant de la nuit. Sinon, vous pouvez aussi foutre le feu au berceau puis l’éteindre à coups de pelle mais, ça, ce n'est que mon humble avis !

Quatrièmement, si vous avez d'autres fils, que vous étiez heureux et/ou en harmonie avec votre famille – ou couple –, attendez que le nouvel arrivant pousse, euh… grandisse et laissez-le en compagnie de votre magnifique belle-mère ainsi que Dora l'exploratrice, Gigi et toutes les autres conneries qui passent dans les chaînes de votre écran plat. Bientôt, le poupon sera suffisamment insupportable et attardé pour massacrer les nerfs et épuiser la patience de toutes les nounous du voisinage – très restreint. 

Cinquièmement, quand le poupon fêtera ses dix ans, après quelques années d’innocente persuasion infantile (chantage *kof kof*), achetez lui un poney et attachez le dans un jardin de moins de 300m² au lieu d'acheter la climatisation que vous et votre famille aviez toujours désiré avoir.

Dernièrement, maudissez cet être plein d'innocence que vous avez prénommé Chelsea et qui n'a pas nourri son caprice. Donc, laissez le cadavre de l'animal traîner afin que les coyotes puissent le dévorer. Alors, mission accomplie ! Alléluia ! Béni soit ce macchabée puant qui, lui au moins, aura servi à quelque chose...
Ok, j'arrête mes conneries... 
Revenons à nos moutons.

Mes parents sont très croyants, comme ma béate de sœur.
Ils allaient à la messe (si peut-on l'appeler ainsi, vu que ce n'est qu'un groupe de pecnots ignares qui prient va-savoir-qui ou quoi dans une chapelle de campagne...) tous les dimanches et les jours fériés ainsi que pour Noël ou Pâques. Personnellement, je ne crois pas en dieu, ni au Père Noël, malgré la présence des anges et des démons sur Terre – entre autres, pour ne citer qu’eux. Et puis, je suis le seul dans la famille qui n'a pas été baptisé et j'ai pas fait ma communion car je trouvais que c'était que une perte de temps et d'argent… Sans oublier mon énorme penchant pour les hommes, même si j'aime les femmes aussi – enfin, leur poitrine, du moins. Je suis mal cerné, dans ma famille. D'ailleurs, ils m'aimaient tant que j'ai fini interne dans une école et un collège laïc, loin de chez nous, pour que je ne leur foute pas la honte. Ils n’ont pas tardé à recevoir des plaintes des professeurs et des autres parents d’élèves parce que j’étais pas comme les autres ; j’étais trop asocial et désagréable, toujours cherchant à m’effacer et à être tranquille dans mon coin – était-ce trop demander ? Je les ai tellement embarrassés que j’ai fini par étudier par correspondance. Ils n’attendaient que le bon moment pour se débarrasser de moi, définitivement. Ils avaient même songé à m’émanciper, pour tout vous dire...
* * * * * *


Quand j'avais once ans, je ressemblais vraiment à une fille... 
J'ai toujours ressemblé à une nana – surtout quand j'étais petit. C'est pourquoi, ma mère et mon père encourageaient mon adorable petite sœur dans ses projets artistiques... Et, quand votre petite sœur est fan de toutes sortes de princesses et magical girls, vous ne pouvez que craindre une chose et la voir venir... Et oui... mes surnoms « Gigi », « Wendy » et « Brandy », m'ont été donnés à cette époque-là... Heureusement pour moi, avec le temps, on les a plus ou moins oubliés, sauf Gigi... ça me restera à vie, ‘faut croire. Bref. Ma mère et ma sœur me travestissaient allégrement et, j’avais beau fuir, on me retrouvait toujours... Et quand il y avait les amies de Chelsea, c'était pire: quatre gamines sur toi, qui te maquillent, te tirent des cheveux et t'habillent ou te forcent à t'habiller comme elles veulent sinon, elles se mettent à gueuler et à chialer...

Je déteste me sentir attaché, bridé.
Afin de me contraindre à jouer avec la sœur et à me laisser faire, on m'avait même coupé la connexion internet et on m’avait privé de soda pendant plus d’une semaine… Du coup, je passais plus de temps chez les voisins que chez moi. On m'avait clairement fait remarquer que ce n'était qu'une mesure temporaire jusqu’à ce que je daignerais d’être un grand-frère décent. HA.

Pourtant, il y avait toujours quelque chose qui m'aidait, quelque chose qui me remontait le moral et me donnait toujours la pêche, plus que mon ordi ! Des petits gâteaux croustillants avec double chocolat-noisette : des princes, des Choco, des BN triple céréales, du nutella format familial (qui durait pas deux heures)... Des petits écoliers avec du chocolat au lait... J'ai grandi avec ça ! Ces gâteaux industriels sont les piliers de mon enfance et de mon alimentation, tout comme les autres sucreries et pâtisseries supra sucrées comme les marshmallows, des muffins baignant dans le sirop d'érable, des sandwiches de cinq étages au beurre de cacahuète, les délices aux trois chocolats avec des cerises, des petits cassis avec de la chantilly, des crêpes chocolat-chantilly... Slurp ! Mince, je bave...

C'est con, mais j'ai faim, maintenant.
Et j'suis en rave de biscuits...
* * * * * *


Quand j'ai fait mes douze ans, la vieille femme que tout le monde traitait de folle et qui vivait à sur le trottoir d'en face m'avait offert un chaton. C'était une petite boule de poils noirs avec la poitrine, la pointe de la queue et des pattes blanches ainsi que des magnifiques yeux argentés. Il n’a pas vécu longtemps, parce que mon père a fini par lui rouler dessus avec la bagnole… Il ressemblait normalement à Gin, d’ailleurs. Et je vous jure qu’on m’avait pourri la vie pendant des mois, en me disant que c’était ma faute si mon paternel avait écrasé le chat. J’y étais pour rien ! L’autre pute de Chelsea avait essayé d’acculer mon chat en s’enfermant dans ma chambre, du coup, il était sorti par la fenêtre pour la fuir… Mais non. Vu que j'étais une mauvaise herbe et que je faisais jamais attention à rien, beeen, j’ai eu une punition. Et vous voulez que je vous dise quoi ? On m’écoutait pas plus que je ne les écoutais, eux. J'étais plutôt hyperactif et arrogant (je le suis toujours, en fait), quand j'étais jeune. Avec le temps, j'ai appris à laisser couler, à rester tranquille dans mon coin et à faire mine d'être sage. Je faisais tout pour qu'on me foute la paix – ou presque tout.

Revenant à la voisine.
J'aimais trop cette vieille femme et ses petits-fils : Maxence et Grégory (mes amis d'enfance). Deux cousins qui s'adoraient et qui venaient de la grande ville tous les week-ends pour voir leur grand-mère et pour jouer avec moi. Je passais plus de temps chez eux, que chez moi. Elle faisait des très bonnes pâtisseries et ses histoires étaient drôles et parfois intéressantes. Elle nous racontait sa vie, des histoires de quand elle était jeune -surtout-, qu'elle était pâtissière et qu'elle avait connu son mari avant qu'il ne parte à la guerre. Réellement, je ne me suis jamais intéressé à ce qu'elle disait, jusqu'à ce que j'entende les mots « j'ai connu un démon » sortir de sa bouche. Tout le monde disait que ce n'était qu'une vieille chouette délaissée par sa famille et qui vivait avec une vingtaine de chats dans sa maison. Mme Harper était déjà morte quand ces mots avaient résonné dans ma tête. Je ne la croyais pas au début, mais après ce qui est arrivé ici, il y a trois ans, je me disais que ça pouvait être possible déjà, à l’époque... Comment ? Aucune idée, j’suis pas magicien ni démonologue mais cette femme ne mentait jamais. Elle était trop honnête pour mentir et on voyait qu’elle ne fabulait pas – elle était très lucide, pour son âge.

* * * * * *

Ce que j’ai vécu, entre temps, n’est pas important.
Alors, je vais faire une grande ellipse et vous dire que, par ennui, j’avais commencé à apprendre le japonais quand j’étais au collège. J’avais entretenu une correspondance régulière avec un type un peu plus âgé que moi avec qui j’suis sorti un temps, à distance. Il s’appelait Nowaki Yamagiri et connaissait parfaitement la situation familiale. À l’époque, je dois vous avouer que j’étais en dépression, Max et Greg ne venaient plus au bled – car trop occupés avec leurs études et leurs copines. Alors, pour pouvoir me rencontrer et me permettre de changer d’airs, de fuir ce trou à rats qu’était le Texas, Nowaki m’a parlé d’un programme et de bourses qui permettait aux jeunes d’étudier à l’étranger. Il disait avoir parlé de moi sa famille, qu’ils seraient contents de me connaître et tout ce tralala. C’était gratos, en plus ! J’avais juste à trouver une famille d’accueil, avoir la permission de mes parents et des bonnes notes. Mes parents étaient heureux de se débarrasser de moi, ils se fichaient même de savoir où j’allais, concrètement. Et, puisque j’avais des bonnes notes dans mes cours par internet, beeen, j’ai accepté sans chigner.  

Quand ma sœur a su que je partais au Japon, elle m’a pot-collé pendant des jours et des jours… jusqu’à ce que j’ai eu mon passeport, en fait, et que j’ai pu me faire la malle. Elle voulait pas que je parte, elle chialait, tentait de se faufiler dans ma chambre pour dormir avec moi, etc. On n’avait jamais été très unis et je ne l’ai jamais supportée – je ne l’aime pas, mais vraiment pas. Quelqu’un d’externe à la famille dirait que c’était parce qu’elle m’aimait, que j’étais son frère et tout. Mais ce quelqu’un se foutrait le doigt dans l’oeil, jusqu’au coude. En fait, je pense qu’elle voulait pas que je parte parce qu’elle se faisait chier toute seule et qu’elle ne supportait plus ses propres amies.

De ce fait, j’habite à Shisaido depuis trois ans et quelque.
Pour venir, je dus faire le voyage le plus long de toute ma vie et je le répéterais certainement pas ! Puisqu’il n’y avait pas d’aéroport près de la ville, j’ai été prendre un avion pour Tokyo (qui était moins cher qu’un pour Chiba), où Nowaki et sa grande sœur ont dû me récupérer parce que j’avais beaucoup de mal à me repérer avec tous ces kanjis et tout… même les rues et les routes n’ont pas exactement la même signalisation et certaines rues n’ont pas de nom comme aux USA. Alors,  après m’être paumé dans l’aéroport et m’être fait sauver par mon copain, on a pris un train pour Shisaido. J’avais beau comprendre le jap’, sa sœur parlait trop vite pour moi alors, je ne prêtais pas trop attention à ce qu’elle disait. Ceci dit, j’avais bien compris que la famille pensait que je n’étais qu’un ami, un correspondant américain – Nowaki ne leur avait rien dit par rapport à sa bisexualité. Au Japon, à ce que j’ai cru comprendre, c’était pas très bien vu les relations entre hommes… Je ne savais pas comment me comporter, je ne pouvais pas être trop familier avec Nono’ ni être trop distant parce que sinon, je semblais désagréable. On a été au même bahut ensemble, c’est ainsi que j’ai connu l’académie Natsuyasumi.

Et, au début, tout était génial, même si j’étais THE grande perche qui attirait pas mal l’attention. Et, vous savez quoi ? Je n’ai pas envie de reparler de mes jours avec mon ex. Mais, je peux vous dire que tout s’est gâté après l’Incident. On était en froid depuis quelques jours, parce qu’il parlait beaucoup avec une fille de sa classe – qui lui envoyait souvent des lettres d’amour et des invitations pour le karaoke, etc. Même s’il refusait, je n’aimais pas qu’il passe autant de temps avec cette grognasse en jupette plissée.  J’ai toujours eu du mal à être en couple et, malgré tout, je dois avouer que c’était génial quand on était à distance… Nowaki était lourd et égoïste en vrai, trop sociable et ça me gavait. Il ne tenait jamais ses promesses, il me laissait de côté pour aller manger avec ses amis, etc. Je ne les supportais pas alors je mangeais tout seul dans la cour – où j’avais rencontré Gin.

Il me faisait la gueule parce que j’avais été parler sa sœur pour lui demander s’il avait un problème ou autres. Je lui avais aussi dit pour nous et tout ça, elle n’avait rien dit à ses parents mais il n’avait pas apprécié. Il me faisait la gueule ? Bien. Tant pis pour lui. J’allais pas me prendre plus la tête pour un petit con bouffeur de sushis. Le jour de l’Incident, on devait se voir parce qu’il avait carrément commencé à m’éviter au bahut mais il n’est venu que pour me dire qu’il était occupé et qu’on allait reparler à la maison. Lui, il est parti pour aller avec ses potes à une Goukon - ou j’sais plus quoi, parce qu’ils avaient besoin d’un mec de plus et lui, il avait accepté… Je suis resté au bahut, j’avais des activités du club de Sciences à cette heure-là. Je n’avais pas la tête à guetter des éprouvettes... S’il allait à une réunion avec des garces et ses enfoirés de potes, alors qu’on était censés être ensemble, j’avais la réponse à la question : si ses potes et son image passaient avant nous, avant moi, on n’avait pas besoin d’être en couple.

Je ne sais pas comment s’est tout déroulé durant les éventements de l’Incident mais je me souviens avoir fait exploser quelque chose dans le labo – j’avais mal dosé une solution acide. Le gaz du mélange n’était pas toxique mais, entre l’odeur de la solution et les vapeurs de certains trucs en plastique fondu, ce fut assez pour me faire tourner de l’œil – moi et un camarade qui bossait avec moi. Je me suis cogné la tête en tombant du tabouret et mon collègue s’est coupé avec quelques éclats de verre. Quand on je me suis réveillé, j’étais à l’infirmerie et les parents de Nowaki étaient venus me récupérer. Je n’avais pas honte d’être maladroit ou d’être un poissard, non… Je ne voulais juste pas les embarrasser eux, qui m’hébergeaient et qui avaient été aussi sympas. À partir de ce jour-là, rien n’a été pareil… Et, je ne saurais pas comment expliquer tout ce qui a pu se passer ensuite. C’était digne d’un de mes jeux online ou d’un mélange foireux de tous mes rêves et cauchemars ensemble. En tout cas, l’académie est devenue très célèbre et je ne suis plus le seul paumé étranger. Maintenant, il y a carrément des êtres d’autres mondes et d’autres époques…

* * * * * *

Nowaki et moi avons rompu, ou, plutôt, j’ai arrêté de lui causer et je l’ai ignoré comme il m’a ignoré avant qu’on rompe. J’ai aussi fini par rejoindre le pensionnat parce que, vivre chez son ex, c’est vachement awkward comme situation… Surtout quand on tente de l’éviter un max et de faire comme s’il n’existait pas. J’ai fini chez les Anormaux parce qu’il paraît que je suis maudit… Il paraît, non. Je le suis. Je ne sais pas pourquoi, par qui ou quoi, mais depuis l’Incident, quand j’éternue, je me transforme en lapin… En un foutu lapin… J’ai vraiment la poisse, en fait ! Mais, au moins, depuis que j’suis chez les mauves, les gens me foutent la paix, en général. La plupart savent pas pourquoi je suis dans ce groupe et me pense presque normal mais ils ne s’approchent pas, au cas où c’est contagieux – textuellement. Pourtant, dès que j’suis sous ma forme de lapin, tout le monde veut me toucher et tout, surtout les filles – c’est un vrai cauchemar ! « Kawaiiii » - vos gueules, grognasses !

Non mais, le pire mais, vraiment le pire, ce fut un foutu colvert travesti qui m’a harcelé pendant toute ma première année de lycée… Il avait l’air doux et gentil, très poli et tout, mais c’était un yandere. J’ai eu chaud au cul ! Il n’arrêtait pas de m’appeler Blondie ou blondinet ou pinoupinet

Et ben... ça promet, vous direz-vous ?
Une fois, il m'a même sauté dessus quand j’étais en train d’acheter de la pâté pour Gin. Ce connard travaillait dans une épicerie où j’allais souvent, avant et il n’a pas attendu à ce qu’il n’y ait personne dans la boutique pour me tripoter… C’est comme ça que j’ai su que c’était un mec et non une femme... Il n'avait pas les bosses au niveau de la poitrine, mais ailleurs… Beurk. Je suis gay mais les travelos, c’est un profond traumatisme : entre ce qu'on me faisait subir quand j'étais gosse et ce type relou…

Le cul plumé avait pas mal de force, comparé à moi… D’habitude, je peux me débarrasser des gens, j’suis pas particulièrement fort mais un coup de poing dans l’groin ou un coup de pied entre les jambes ça suffit.  Pas avec lui… Vral et Kreg m’ont spotted cette aprem-là et ont fait en sortes que l’autre ne me fasse plus chier. Moi, avoir honte de me faire protéger par deux gars plus âgés que moi ? Aucune. J’ai beau être fier, il fallait que je sauve mon cul – qui était sérieusement en danger. Ils sont dans le groupe des bleus mais on se voit très souvent. Ce sont mes seuls amis, en dehors de Gin. Ils savent plein de trucs intéressants et ils sont farceurs. Je me pète toujours des barres avec eux, au point d’avoir mal au bide, à la mâchoire et en chialer. Ils pieutent aussi au pensionnat. Et, oh hohoo~ on fait plus de choses ensemble qu’on ne le croirait !

M’enfin !
En dehors de tout ça, ma vie est relativement normale.

Très normale, même : lit, bouffe, études, pc, bouffe, bouffe, pc, lit, études. Rien de bien passionnant. J'suis pas un rebelle/racaille très actif, je passe le plus clair de mon temps au pensionnat, soit j’étudie (ou je travaille par internet), soit je geeke (je game) soit je répare des appareils électroniques, je bidouille des trucs en informatique, etc. J'suis pas un hacker, nein. N'allez pas me sortir le stéréotype du geek qui bidouille pour hacker, nan. Je sais pas le faire. Je programme, moi. Je fais des pseudo inventions stupides quand j'ai rien de mieux faire. Des choses qui ne servent pas toujours mais qui pourraient m'éviter de bouger inutilement…. Genre… une main électronique avec des composants recyclés et un manche pour attraper les trucs qui sont en hauteur sans monter sur quelque chose.

Vla. Vous savez tout (ou presque).
Maintenant, ouste ! Je suis occupé…
… Oh,non ! Merde !

On m'a buté en PVP. C'est votre faute !


• Derrière l'écran

Pseudo : Suzukihotaru // Amerlyllian
Avatar : Sakurai Ruka, Tokimeki Memorial Girls Side 3
Comment avez-vous connu le forum ? : Sylph’ m’a miaulé sur skype~♪
Un petit mot ? : °A° J’espère que vous aimez la lecture, sinon, vous allez morfler avec ma prez… J’ai pas réussi à la faire plus courte, navrée. D’ailleurs, si ya des fautes et ds oublis, c’est normal… j’ai pas réussi à me relire plusieurs fois en entier. De toutes façons, je vois pas mes propres fautes… du moins, pas avant très longtemps… :’3


© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Directeur
Directeur
avatar


MessageSujet: Re: Formulaire de Jason B. Smith   Ven 13 Jan - 19:45

Hohoho, bienvenue à notre premier Anormal!

Hohoho, que dire sur ce personnage? Parce qu'il y a tant à dire! Un sacré caractère, une présentation qui détonne, ça promet! Il y a de quoi se ronger les sangs! Hohoho, "ronger", et il peut se transformer en lapin, vous avez compris? Hohoho!

Conseil des élèves : ça devient pitoyable... On comprend les gens en faveur de l'euthanasie. Hrm, on parlait du directeur, hein, pas de Jason...

Bref! Vous voilà validé Monsieur Smith! Nous avons choisi de vous affecter à la chambre de M. Rosebury qui était seul jusqu'à présent, le pauvre!

Conseil des élèves : "Le pauvre"? Pas sûr que ce soit la bonne dénomination... Et puis, ces deux-là dans la même chambre...? ça promet du lourd. Genre sévère. Très sévère.

Vous pouvez également chercher des camarades et commencer votre Carnet de bord ici. Nous comptons sur vous pour essayer de décoller de votre écran et pour bien vous amuser à l'Académie, hohoho!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsuyasumi-academy.forumactif.com
 
Formulaire de Jason B. Smith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formulaire de création de Personnage
» Formulaire d'inscription (modèle unique)
» Créations de Jason
» Formulaire d' Agrégation.
» rp - formulaire de régularisation d'un sans papier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Natsuyasumi Academy  :: Bienvenue à l'Académie ! :: Entrer à l'Académie :: Formulaires validés-
Sauter vers: