Créez un perso déjanté, zombie, super-pouvoirs, voyageur temporel, riche hériter... A l'Académie Natsuyasumi vous pouvez être ce que vous voulez! Tentez l'aventure!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Secrétaire
Secrétaire
avatar


MessageSujet: *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?   Dim 26 Mar - 23:01




Magdalene Debonair

La secrétaire dont tout le monde rêve.












• Identité

Nom : Magdalene Carmen Debonair
Âge : 30 ans
Origine/nationalité :Française
Classe/poste : Secrétaire
Section : Diurne
Club : /
Singularité : Perfume-lady (son odeur corporelle varie selon son humeur, passant d’un parfum fleurit quand elle est de bonne humeur à l’odeur de cadavre en putréfaction si elle est particulièrement irritée)
Groupe : Monstre ? Anormale ? Anormonstre ?
Pensionnaire : Non. Habite dans l’une des maisons « anciennes » du quartier résidentiel.


• Physique


Un visage rond, une peau d’albâtre, des yeux vermeils, des paupières fardées, des lèvres fines maquillées et courbées dans un sourire malicieux… Magdalene est un beau petit bout de femme, ronde et sensuelle. Des courbes ? Ah ça pour en avoir, elle en a. Une poitrine généreuse, des hanches larges… Elle est ronde, rappelez-vous. Mais ses « kilos en trop », comme les appellent sa (belle-)fille, ne la dérange aucunement. Elle s’en accommode, et, ma foi, ils lui vont bien. Coquette, jamais vous ne verrez ses cheveux – cette masse brune voluptueuse et bouclée qui lui arrive au milieu de la nuque - ébouriffés ou décoiffés, son visage sans la moindre once de maquillage – d’ailleurs par pure fantaisie, elle s’amuse à dessiner des as de piques sur ses joues - , ou pire, jamais vous ne la verrez publiquement dans une tenue dite « négligée ».  Ah ça non ! Cela ne siérait pas à son image, voyez-vous, et encore moins à son style.

Son style, parlons-en ! Eloignez donc ces tailleurs de haute couture et ces fripes « à la mode », zouh ! Pas du tout le genre de la Dame Debonair. Non, elle, elle préfère les tenues plus rétro, mêlant élégance et coquetterie. Robes cintrées, jupons bouffants, on la croirait sortie des années cinquante. Enfin, presque. Lors des « fifties », les pois étaient plus prisés que les tenues inspirations victorienne – ou encore inspirées par les soirées dansantes des fifties - que la Dame Parfumée affectionne. A ces robes sont toujours assortis les bas, bottes, couvre-chef et gants – si la tenue s’y prête évidemment. Enfin, détail qui ne quitte presque jamais Magda lorsqu’elle sort de chez elle : son ombrelle personnalisée, qu’elle considère presque comme un artefact tant elle y tient. Après tout, il s'agit du tout premier cadeau (qui plus est d'anniversaire) que son mari lui ait fait.

Cela dit, une fois chez elle, notamment lors de ses jours de congés, vous pouvez être certain de ne pas la reconnaître de prime abord. Surtout le dimanche, quand elle ne bouge pas de la maison et qu’elle ne reçoit personne. Pourquoi ? Parce qu’elle se promène vêtue comme un « sac-à-patate » selon ses dires (donc excessivement décontractée), sans maquillage, les cheveux à peine démêlés (parfois pas du tout, et juste rassemblés dans un chignon fait à la va-vite). De suite moins sophistiqué, ahah.


• Caractère


Magda est une femme d’un professionnalisme variable. Autant, pour ce qui est de la gestion des dossiers – divers – de l’Académie, elle s’avère être une secrétaire exemplaire… Autant, lorsqu’il s’agit de renseigner des élèves ou les autres employés… Elle peut s’avérer assez malicieuse. A savoir : elle peut « accidentellement » leur indiquer le mauvais chemin, et ainsi les envoyer à l’autre bout de l’académie, pour la simple et bonne raison qu’elle s’ennuyait.

Fort heureusement, ce n’est pas si fréquent. En effet, lors de ses pauses, ou quand son travail est achevé et que personne n’est dans les environs pour la voir, elle s’occupe et se distrait sur Nats’Up, ou avec le démineur installé sur son pc. Pour la note, sachez qu’elle détient le meilleur score et meilleur temps à ce jeu !

Après, n’allez pas croire que cette femme est une peste, ou qu’elle ait mauvais fond. Bien au contraire. C’est une Dame bien élevée, aimable, indépendante, déterminée, assez bavarde, et prompte à blaguer avec toute personne y étant encline. Même le Directeur, bien que dans une moindre mesure – l’humour de ce dernier ayant fini par agacer la Dame. Elle peut se montrer assez généreuse, et peut être aisément attendrie. Surtout par les histoires d’un grand romantisme, ou version plus contemporaine des grandes tragédies grecques, ou par des bouilles adorables. Et une Magda attendrie est une Magda que vous avez dans la poche pour la journée, voire pour une durée indéterminée. Elle pourra éventuellement vous aider avec un entrain particulier pour ce qui tient de l’administration (négocier les heures de retenues, les retards, les absences… l’avancement de dossiers…), mais également représenter un soutien – presque – sans faille, une psychologue du cœur – bien que ses conseils ne soient pas toujours très bons – et une confidente appréciable. Aussi, si vous êtes dans ses bonnes grâces, vous aurez accès à une source intarissable d’information : les rumeurs et commérages de l’administration. Et de fait d’une bonne partie de l’Académie.

Parce que oui. Magda est une sacrée commère. Peut-être même LA commère de l’Académie. Toujours en quête d’informations croustillantes, de scandale, d’histoires d’amour à vous en briser le cœur, elle a des oreilles partout. Ou plutôt… Puisqu’il est aisé de lui parler, les gens laissent parfois trèèèès vite échapper des propos qui ne devraient tout simplement pas être rapportés. Pour son plus grand bonheur.

En dehors de cela, il vous faut peut-être savoir quelques petites choses très importantes au sujet de la Dame. Pour le bien de vos narines. Comme vous le savez, la Singularité de la Dame est un peu particulière, en cela qu’elle est directement influencée par ses humeurs. Cela rend aisé de connaître l’état d’esprit de la secrétaire, pour peu que l’on sache décrypter le code des parfums. Il y en a cependant un qui ne prête pas à confusion, que vous ayez déjà fréquenté la Dame ou que ce soit  la première fois que vous la rencontrez. Vous sentez cette odeur nauséabonde, ce délicat fumet de cadavre en putréfaction ? Ouaip. Pas de doute. Elle est en colère. Et pas qu’un peu. (si elle ne l’était que de manière « raisonnable », vous sentiriez une odeur entêtante, pas très agréable, mais somme toute supportable).

Pas franchement sympa à sentir, pas vrai ? Ahah. Si vous voulez éviter de provoquer pareil changement dans l’air, il vous faut éviter certaines choses : ne faites pas trop de jeux de mots en rapport à sa singularité. D’ordinaire elle s’en accommode bien, et elle ne manque pas d’humour… Mais au bout d’un certain nombre de blagues, souvent répétitives, elle s’agace. Et quand elle s’agace, elle devient vite irritable. Cinq blagues après le stade « Agacée », vous ne pourrez que fuir la salle, le nez bouché pour ne pas mourir asphyxié. Autre chose à éviter : ne pas rendre ce qui doit lui être rendu (un livre, un dossier, qu’importe) dans les délais à plusieurs reprises. Elle peut à la limite vous accorder un délai supplémentaire une fois ou deux. Mais pas plus. Si vous abusez de sa patience et de sa gentillesse, eh bien… Vos narines vous rappelleront que la Dame est capable de s’énerver.

Enfin, LA chose à éviter d’urgence : foutre en l’air son score au démineur.

Sans rire. Elle en est pas mal fière.

Bref. En dehors de l’odeur, il y a d’autres facteurs qui peuvent vous indiquer qu’elle est de très mauvais poil : l’adorable regard meurtrier qu’elle vous adresse. La délicatesse de ses propos acides. Eventuellement le ton léééégèrement haussé – bon ça, c’est surtout réservé à la sphère familiale, ou les grosses engueulades. Bref. Elle ne mâchera pas ses mots, et risque de se montrer lééééégèrement désagréable.

Oh, et pour la note : Magda n’est pas pour la violence, physique ou morale. Mais elle n’hésitera pas à vous faire un bon vieux german suplex si vous avez la merveilleuse idée de la surprendre un peu trop (dans la rue ou un couloir), ou, pire, de l’agresser. Surtout si elle a les mains/bras libres. Sinon, elle peut aussi vous péter les dents, ça peut s’arranger.



• Histoire et Singularité

Il y a désormais trente ans en France, Magda (née Claverie-Vargas) vint au monde. Fille unique d’un ouvrier français et d’une professeure espagnole de philosophie, elle vécut une grande partie de sa vie en France, à Lunel (entre Montpellier et Nîmes) pour être plus précis, où elle resta jusqu’à ses 18 ans. Jusque-là, sa vie fut des plus banales, ou plutôt des plus normales et sans surprises. Des amours, des amitiés, des victoires, des échecs, la vie donc. Arrivée à ses 18 ans, donc, son baccalauréat en poche (avec un bon 18 en philo, merci maman pour les cours supplémentaires à la maison), elle quitta le domicile familial pour faire ses premiers pas de femme indépendante. Elle emménagea avec son petit-ami de l’époque à Lyon, puis, à la rentrée, elle s’inscrivit au BTS désormais appelé « AM » (assistant de manager). Profitant d’un emploi du temps plutôt aéré, elle enchaîna les petits boulots. Serveuse, barmaid, baby-sitter… pendant les deux années de sa formation, le tout couplé avec évidement la partie « alternance » de ladite formation. Bref, en deux ans, elle se fit un petit pécule, et gagna une bonne dose d’expérience (professionnelle comme sociale).

Ce fut au cours de ces deux années qu’elle quitta son petit-ami (qui d’ailleurs changea de domicile), et rencontra – alors qu’elle était barmaid – son futur mari, jeune cadre commercial de 7 ans son aîné, déjà père et divorcé. Au bout de deux ans de relation, dont trois mois à distance pour cause mutation au Japon de Monsieur (qui y emménagea avec sa fille, son ex-femme ne s’y étant pas opposée – bien au contraire d’ailleurs…), Magda déménagea au pays du Soleil Levant, les rejoignant dans la petite ville de Shisaido. Ainsi débuta officiellement leur vie de famille recomposée.

Magda s’efforça de prendre des cours de japonais – hors de question pour elle d’être une femme au foyer recluse chez elle – et, à force d’effort, de volonté, et d’un coup d’bol mémorable, parvint à communiquer correctement au bout de 6 mois (bien que les kanjis ne lui facilitaient pas la tâche). Ainsi elle put entamer la dure phase de démarchage, proposant sa candidature partout où cela lui était possible. Ce ne fut pas des plus concluants. Jusqu’à ce que, finalement, sa dernière candidature lui valut un retour de la part d’une certaine académie. Ses lacunes écrites représentaient un léger désavantage, surtout pour un poste de secrétaire. Mais sa détermination et son dynamisme parvinrent à convaincre son employeur. Ainsi Magda devint officiellement l’une des secrétaires de la Natsuyasumi Academy (et prit davantage de cours pour renforcer sa maîtrise de la langue écrite).

L’année des 24 ans de Magdalene, soit au bout de cinq ans de relation, son compagnon la demanda (ENFIN) en mariage. Deux mois plus tard (rapide, mais y’avait pas grand monde à convier, puisque ce fut un mariage en petit comité), Magdalene Carmen Claverie-Vargas devint Magdalene Carmen Debonair. L’année suivante, elle était enceinte. Neuf mois (et un accouchement expédié en deux heures) plus tard, sa fille était née. Durant les trois mois de congé maternité qui suivirent l’accouchement (dont le premier, par chance, couvrant les vacances d’été), Magda en profita pour apprendre à son cher époux et leur grande fifille comment s’occuper d’un nourrisson. Non parce que eh, fallait pas non plus abuser, hors de question qu’elle soit la seule à s’occuper de la nouvelle venue dans la famille, ou qu’elle devienne une femme au foyer. Nan nan nan. Ils mirent donc la main à la patte. Et, une fois le congé terminé, la petite famille fut épaulée dans cette tâche par ce merveilleux établissement appelé la crèche. Très pratique, surtout quand deux parents travaillent, et que l’aînée est scolarisée.

Bref.

Les deux années suivantes passèrent sans évènement particulier à déclarer. Jusqu’à l’année fatidique, lorsque l’Incident se produisit. Ce fut un bordel monstrueux. Mais pourtant, comme beaucoup, Magda pensa y avoir échappé. Après tout, elle n’avait subi aucun changement particulier, n’est-ce pas ?

Trois jours plus tard, par un beau matin – aux environs de sept heure - l’aînée (alors âgée de 11 ans, et scolarisée à NA) lui annonça qu’elle avait une odeur un brin particulière. Qui sortait de l’ordinaire. Au début, Magda pensa que c’était dû à du parfum, mais elle se rappela ne pas encore en avoir mis. Elle haussa un sourcil. Mais elle partit quand même au travail, sans plus y faire attention. Au cours de la journée, elle constata que quelqu’un avait (pour la deuxième fois en trois mois) FOUTU EN L’AIR SON SCORE AU DEMINEUR. Les trois personnes présentes, en plus de la Dame, constatèrent à leurs dépens qu’effectivement l’Incident avait eu un léééééger effet sur la secrétaire. Et de fait, ils fuirent par la porte et les fenêtres (heureusement pour eux que le secrétariat n’est qu’au RDC). Ce fut un brin déstabilisant. Mais passé un moment, Magda s’y fit, et ce faisant, constata que l’air avait une fois encore changé. Ce qui lui fut confirmé par le directeur (étonnamment de dos) lorsque ce dernier entra dans le secrétariat, et annonça apprécier ce parfum d’ambiance (ambre et vanille, si vous voulez tout savoir). Bref.

Alors, vous vous demandez comment cette nouvelle particularité, des plus étranges, fut perçue une fois de retour à son domicile ? Bah avec pragmatisme. Faut faire avec. Par contre, ils décidèrent d’un commun accord, et surtout parce que le directeur avait bien insisté sur ce fait, qu’ils n’en parleraient pas aux personnes non-affiliées à l’Académie. (puis bon, avec leur aînée scolarisée à NA, il leur fallait vite s’y habituer, sa propre particularité se déclarant deux semaines plus tard. Après tout, personne ne dérogeait à la règle, eh.)

Ainsi passèrent les trois premières années post-Incident, le choc général se transformant en une forme de surprise amusée pour certains (et resta un choc continu pour d’autres). Magda garda ses habitudes – bien qu’elle ne se parfumait plus, ahah, plus besoin – et de fait travailla comme elle le faisait déjà depuis plusieurs années. Des nouveaux types de documents administratifs furent créés, et chaque rentrée (voire chaque jour) avait son lot de surprises, bonnes comme mauvaises. Un perpétuel divertissement. La nouvelle année s’annonçait tout aussi intéressante, et c’est déterminée à battre son record au démineur que la secrétaire accueillit cette nouvelle rentrée scolaire.


--- La particularité à proprement parlé ---

Comme mentionné plus haut (beaucoup plus haut en fait), Magda est une « perfume-lady ». Quoi que ça être ? C’est simple : son odeur corporelle varie selon son humeur, passant d’un parfum fleurit quand elle est de bonne humeur à l’odeur de cadavre en putréfaction si elle est particulièrement irritée. Ils en virent tout du moins à cette conclusion après divers tests (donc à comprendre : faire changer Magda d’humeur, eh).

Le panel des parfums est aussi varié que celui des humeurs et émotions humaines. Cela varie selon le type d’humeur/d’émotion, mais aussi son intensité. Mais bref, voici une liste non-exhaustive (mais genre pas du tout exhaustive) des parfums :


  • Joie : fruitée, sucrée et pétillante.
  • Tristesse : moyennement humide, fraîche voire froide, « sombre » (rappelle un jour de pluie en plein hiver).
  • Peur : poussiéreuse, froide, légèrement humide.
  • Colère : forte, entêtante, sèche et pas franchement agréable.
  • Dégoût : forte, humide, rebute & agresse le nez.
  • Surprise : légère, acidulée.
  • Calme : légère, volatile et fleurie (plutôt fleurs blanches).
  • Amusement : pétillante et légère, sucrée (rappelle les bonbons industriels, ou les pâtisseries particulièrement sucrées).
  • Agacement : sèche, légèrement entêtante, volatile, comme la fumée, avec une pointe d’épice (poivre, etc). Bref, qui picote le nez et donne un brin envie de tousser.
  • Rage : la bonne vieille odeur de cadavre en putréfaction.




• Derrière l'écran

Pseudo : Vidi
Avatar : Eclipsa Butterfly de Star vs The Forces of Evil
Comment avez-vous connu le forum ? : C’est un DC, donc je dirais, à tout hasard, par le biais de mon compte principal ?
Un petit mot ? : Pou. C’est un petit mot, pour une petite bête. Ça passe, non ?


© Code Anéa - N-U


Dernière édition par Magdalene C. Debonair le Sam 22 Avr - 22:34, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arts club leader
Arts club leader
avatar


MessageSujet: Re: *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?   Mar 28 Mar - 20:28

Oh v'ouiiiiii ~

Le DC de Sylphide ♥ Très bon choix d'avatar vive Star vs The Forces of Evil ! *w*


Bon courage pour la suite de la fiche x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Secrétaire
Secrétaire
avatar


MessageSujet: Re: *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?   Mer 29 Mar - 17:06

Krkrkr, merci bien~♥

GYAAAAAAH quelqu'un d'autre qui aime SvFOE! HHHHHHHH- je t'apprécie encore plus qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Secrétaire
Secrétaire
avatar


MessageSujet: Re: *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?   Sam 22 Avr - 21:05

Woot woot! Navrée pour le double post, mais bon: fiche terminée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Directeur
Directeur
avatar


MessageSujet: Re: *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?   Sam 22 Avr - 22:52


Hohoho, bonsoir à notre chère secrétaire attitrée! J'avais déjà lu votre dossier lorsque nous vous avons embauchée, mais c'est toujours un plaisir que de voir que vous avez ainsi fait votre petit bonhomme de chemin jusqu'à chez nous! Rassurez-vous, je n'ai pas le temps de jouer au Démineur, moi! Et entre nous heureusement hohoho, j'aurais été tellement doué que vous n'auriez pu plus me sentir! Hohoho, je devrais noter ce jeu de mots!

Conseil des élèves : Vice-président, attrapez les pinces à linges, ça sent mauvais pour M. le Directeur... Hm, ce jeu de mot était involontaire.

Hrm, *kof kof*, quoi qu'il en soit Mme Debonair nous sommes heureux de vous accueillir cette année encore à l'Académie, au sein du groupe des Anormaux, et nous nous en remettons à vous pour l'administration! Je ne vous retiens pas plus longtemps, vous connaissez le chemin dans notre chère Académie, hohoho! Voici ci-dessous le badge des Anormaux. Nous vous souhaitons de vivre des jours heureux parmi nous et espérons que vous vous amuserez bien en notre compagnie (mais n'oubliez pas de faire votre travail, hoho)!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsuyasumi-academy.forumactif.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: *snif snif* ... C'est quoi cette odeur?   

Revenir en haut Aller en bas
 
*snif snif* ... C'est quoi cette odeur?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais c'est quoi cette tête ? Oo (âme sensible, dégagez ='p)
» ca pue c'est quoi cette odeur? - Nicoletta et Rose
» C'est quoi cette blague ? Bigoudi, conneries, rigolade... [feat. Maddy]
» Mais c'est quoi cette île
» Gamebreaker snif snif :(

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Natsuyasumi Academy  :: Bienvenue à l'Académie ! :: Entrer à l'Académie :: Formulaires validés-
Sauter vers: